L'Ukraine s'éloigne un peu plus de la Russie

avec AFP

— 

Une manifestation devant le Parlement ukrainien à Kiev en Ukraine jeudi 27 février.
Une manifestation devant le Parlement ukrainien à Kiev en Ukraine jeudi 27 février. — YURIY DYACHYSHYN / AFP

Alors que Moscou était en passe de finaliser le rattachement de la Crimée, une péninsule russophone du sud de l'Ukraine, Bruxelles a porté vendredi à 33 personnes le nombre de personnalités russes ou pro-russes ciblées par des sanctions. La veille, Washington avait durci le ton, ajoutant 20 personnes à la liste des 11 individus dont les avoirs sont gelés et visant des proches collaborateurs du président russe Vladimir Poutine.

La Russie n'a pas annoncé de mesures de rétorsion à la décision européenne alors qu'elle avait immédiatement sanctionné jeudi trois conseillers du président Barack Obama et des parlementaires, dont le sénateur conservateur John McCain. Les sanctions n'ont cependant pas affaibli la détermination de la Russie de mener à bien le rattachement de la Crimée, cinq jours seulement après le référendum dans la presqu'île russophone. Il a été finalisé vendredi avec sa ratification à l'unanimité par la chambre haute du parlement russe.

«On dit souvent que Poutine est un grand malin et que les Européens sont stupides»

De son côté, l'Ukraine s'est un peu plus éloigné de son puissant voisin lorsque son Premier ministre, Arseni Iatseniouk, a signé le volet politique de l'accord d'association avec l'UE, avec les 28 chefs d'Etat et de gouvernement réunis à Bruxelles. Pour le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, cet accord ne constitue «pas une mesure dictée par les intérêts de l'économie ukrainienne, du peuple ukrainien dans sa totalité mais une tentative de gagner des points dans le jeu géopolitique».

L'accord réduit en tout cas à néant les espoirs de Moscou d'attirer l'Ukraine dans l'Union douanière des ex-républiques soviétiques qu'elle tente de construire. «On dit souvent que Poutine est un grand malin et que les Européens sont stupides. Mais (avec cet accord) il n'est plus question que l'Ukraine bascule dans le camp russe. En termes de pertes et profits, c'est très clair», a jugé un haut responsable européen.

Si les 28 ont décidé de ne pas franchir, pour l'instant, l’étape des sanctions économiques, en raison notamment des conséquences pour les Européens eux-mêmes, l'UE veut se projeter à plus long terme en élaborant pour le mois de juin un plan d'action destiné à «accélérer» la «réduction de la dépendance énergétique, particulièrement à l'égard de la Russie», a déclaré Van Rompuy.

La France a suspendu ses activités de coopération militaire avec la Russie

Sur le plan militaire, la France a suspendu, selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, la plupart de ses activités de coopération avec la Russie, notamment les échanges de visites et exercices conjoints. En revanche, la question de la suspension éventuelle de la livraison de deux navires Mistral d'attaque à la Russie ne sera examinée qu'en «octobre», date prévue de la livraison du premier bâtiment, selon Le Drian. Le président François Hollande a annoncé qu'il maintenait l'invitation de Vladimir Poutine aux cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement allié en Normandie le 6 juin.

Quant aux Etats-Unis, la Maison Blanche a affirmé vendredi que la tournée du président Barack Obama la semaine prochaine en Europe montrerait que la Russie est «de plus en plus isolée» sur la scène internationale.