EN DIRECT. Crimée-Russie: La France suspend sa coopération militaire avec la Russie... et est prête à envoyer 4 avions de combat pour la protection de la Pologne et des Baltes...

Bertrand de Volontat

— 

Un homme tient un drapeau nationaliste sur une place de Simferopol en Crimée, région autonome d'Ukraine. 
Un homme tient un drapeau nationaliste sur une place de Simferopol en Crimée, région autonome d'Ukraine.  — kyodowc107038.JPG k/NEWSCOM/SIPA
20h30: Ce live est désormais terminé. Vous pouvez retrouvez une synthèse des événements de la journée par ici. Merci de nous avoir suivis. Bonne soirée.

20h05: Accord à l'OSCE pour l'envoi d'une mission en Ukraine
Les 57 pays membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) se sont mis d'accord vendredi soir pour l'envoi d'une mission d'observation en Ukraine, la Russie ayant accepté de lever ses objections. Moscou se voyait reprocher depuis le début de la semaine ses réticences à l'envoi d'une telle mission réclamée par l'Ukraine et les Occidentaux.


19h12: Le patron de Naftogaz est en prison 
Les autorités ukrainiennes ont interpellé vendredi le patron du groupe gazier et pétrolier national Naftogaz, dans le cadre d'une vaste opération anticorruption portant sur des milliards de dollars et impliquant des hauts responsables nommés sous Viktor Ianoukovitch.
L'arrestation de Evguen Bakouline, dont la carrière a suivi en grande partie le parcours politique du président déchu, a été annoncée par le ministre de l'Intérieur Arsen Avakov en même temps qu'une série de perquisitions visant deux anciens ministres. Ces opérations ne servent pas seulement «au rétablissement de la justice et au recouvrement de ce qui a été volé» mais aussi «de vaccin contre la corruption pour le nouveau pouvoir», a souligné Avakov sur sa page Facebook.


18h28: L'Ukraine rappelle son ambassadeur en Arménie
L'Ukraine a rappelé vendredi pour consultations son ambassadeur en Arménie, après que le président arménien a approuvé le rattachement de la Crimée à la Russie, a annoncé vendredi le ministère ukrainien des Affaires étrangères. Parallèlement au rappel de l'ambassadeur Ivan Koukhta, le ministère a convoqué son homologue arménien à Kiev pour lui faire part de sa «profonde préoccupation» concernant la position d'Erevan, ajoute le communiqué.
Lors d'un entretien téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine, le président arménien Serge Sarkissian a qualifié récemment le rattachement de la péninsule séparatiste ukrainienne à la Russie de «modèle de réalisation du droit à l'autodétermination».

17h08: Dupont-Aignan critique la suspension de la coopération militaire
La décision du gouvernement de suspendre la plupart de ses activités de coopération militaire avec la Russie est «inacceptable et absurde» car «contraire aux intérêts de la France», a estimé vendredi le président de Debout La République, Nicolas Dupont-Aignan.

17h05: Kiev va perdre des milliards de dollars
Le rattachement de la Crimée à la Russie va impliquer des pertes de centaines de milliards de dollars pour Kiev, prévient le Premier ministre ukrainien.
S'exprimant devant des journalistes à l'aéroport à son retour de Bruxelles où il avait signé le volet politique de l'accord d'association avec l'UE, Iatseniouk a reproché à la Russie d'avoir «nationalisé» des dizaines d'installations appartenant à l'Etat ukrainien. «Il ne s'agit pas de milliards mais de centaines de milliards de dollars», a-t-il dit.

16h59: Les banques russes doivent être les cibles des sanctions
A Bruxelles, les représentants occidentaux affirment que les meilleures cibles sont les banques russes. Et l'Italie peut se passer de l'énergie russe.
16h29: Le patron de la compagnie énergétique Naftogaz arrêté pour corruption
La police ukrainienne a interpellé vendredi le patron de la compagnie énergétique nationale Naftogaz, Evguen Bakouline, dans le cadre d'une vaste affaire de corruption impliquant des hauts responsables au pouvoir sous le président déchu Viktor Ianoukovitch, a annoncé le ministre de l'Intérieur.

16h10: Le Drian, intraitable à Tallin
Le ministre a déclaré: «L’occupation militaire de la Russie en Crimée menace les fondements de la paix et de la sécurité en Europe. L’annexion de ce territoire ukrainien est totalement contraire à l’Acte final d’Helsinki signé en 1975, au mémorandum de Budapest datant de 1994 et aux principes de toutes les organisations européennes dont la Russie est membre: Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, Conseil de l’Europe. Je veux redire ici combien la France, comme l’ensemble de l’Europe, juge inacceptable l’agression d’un territoire européen souverain par la Russie

15h49: Les Russes encerclent les bases ukrainiennes en Crimée

Les Russes encerclent les bases ukrainiennes en... par SIPAMEDIA

15h27: Les cinq décisions que pourraient prendre Poutine après la Crimée
Des analystes ont pensé les cinq décisions que le président Poutine pourraient choisir une fois la Crimée rattachée à son pays.

15h08: Les bases militaires russes de Crimée
Retrouvez toutes les bases militaires russes en Crimée sur cette carte.

13h25: Les sanctions contre la Russie commencent (un peu) à se concrétiser
Des Russes privés de l'usage de leur carte de crédit, la note du pays menacée par les agences de notations. Les sanctions restent pour l'instant limitées.

13h24: Ban Ki-moon appelle au respect de l'«intégrité territoriale» de l'Ukraine
La crise ukrainienne peut être résolue seulement en respectant le principe de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, a déclaré vendredi à Kiev le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon alors que la Russie a finalisé le rattachement de la Crimée.

13h11: La France suspend partiellement sa coopération militaire avec la Russie
La France a suspendu la plupart de ses activités de coopération militaire avec la Russie, notamment les échanges de visites et exercices conjoints entre les deux pays, a indiqué vendredi le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

11h59: Le chef de la diplomatie allemande en Ukraine samedi
Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier va se rendre samedi en Ukraine pour rencontrer notamment le Premier ministre Arseni Iatseniouk et le Président par intérim, Olexandre Tourtchinov, a annoncé son porte-parole vendredi.
Le but du voyage de M. Steinmeier est notamment «d'exprimer le soutien allemand à la stabilisation politique et économique de l'Ukraine mais aussi de dire clairement que nous souhaitons une politique pour tous les Ukrainiens de la part du nouveau gouvernement».

11h50: Poutine est-il secrètment l'homme le plus riche du monde?
C'est la question posée par le site américain Business Insider. Sa fortune serait notament construite sur des avoirs dans une compagnie pétrolière.

11h45: Le Premier ministre ukranien appelle l'UE à sévir économiquement contre la Russie
Arseni Iatseniouk, a appelé vendredi l'UE à prendre de «réelles» sanctions économiques contre la Russie, qui menace selon lui l'ordre mondial. «Le meilleur moyen de contenir la Russie est de la soumettre à une réelle pression économique» a affirmé Iatseniouk, dans un point de presse après avoir signé avec les dirigeants européens le volet politique de l'accord d'association Ukraine-UE.

11h35: Pour affaiblir la Russie, il faut faire tomber le rouble?
C'est ce qu'affirme un billet du site Tendance.com. «Etant donné que les exportations (surtout pétrole et gaz) sont traitées en dollars, faire baisser ce dernier renforcerait encore toute sanction économique.»

11h30: La chambre haute du Parlement russe ratifie le traité rattachant la Crimée à la Russie
Le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) a ratifié ce matin le traité sur le rattachement de la Crimée à la Russie, au lendemain de sa ratification par la chambre basse, défiant la communauté internationale qui ne reconnaît pas cet accord. Les sénateurs ont approuvé à l'unanimité ce texte signé mardi par le président Vladimir Poutine


11h26: La France prête à envoyer 4 avions de combat pour la protection de la Pologne et des Baltes
La France va proposer aux pays Baltes et à la Pologne d'envoyer 4 avions de combat (Rafale et Mirage 2000) pour renforcer, dans le cadre de l'Otan, la surveillance aérienne au dessus de ces pays, a-t-on affirmé vendredi dans l'entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Paris propose également, si «la demande est faite, d'assurer une patrouille Awacs, au départ de la France, environ deux fois par semaine», a-t-on ajouté.

11h25: L'UE et l'Ukraine ont signé le volet politique de leur accord d'association
Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a signé ce vendredi matin avec les dirigeants européens le volet politique de l'accord d'association entre son pays et l'UE, à l'origine de la crise entre Moscou et l'Occident.
Les Européens marquent ainsi un soutien fort à l'Ukraine, au lendemain de leur décision de durcir le ton contre Moscou en ajoutant 12 noms à leur liste de personnalités russes et ukrainiennes visées par des sanctions.

11h15: La procureure de Crimée, nouveau sex-symbol au Japon?
D'après un blog du Monde, il n'aura fallu qu'une intervention publique pour faire d'elle un sex-symbol au Japon.


11h10: Pour Lavrov, les tentatives d'isoler la Russie sont «une voie sans issue»
C'est ce qu'a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, au lendemain de l'introduction par Washington de nouvelles sanctions. «Suivre le chemin de ceux qui sont ouvertement russophobes et isoler la Russie est une voie sans issue», a déclaré le ministre devant la chambre haute du Parlement russe, qui a ratifié le traité rattachant la Crimée à la Russie.

11h02: La Russie s'abstient pour l'instant de répondre aux sanctions américaines
Le président Vladimir Poutine a déclaré vendredi que la Russie s'abstiendrait «pour le moment» d'introduire des sanctions en réponse à celles annoncées par Washington à l'encontre d'une banque et de personnalités russes, ont rapporté les agences de presse russes.

11h00: Bienvenue dans ce live Crimée.

La crise ukrainienne est en passe de bouleverser la donne internationale en mettant en lumière la faiblesse politique de l'UE, le retour des Etats-Unis sur la scène européenne et le poids géostratégique d'une Russie qui s'estime depuis trop longtemps négligée, selon des experts.

L'Union européenne et l'Ukraine ont signé un accord les rapprochant alors que la tension est plus vive que jamais entre la Russie et les Occidentaux après l'annexion de fait de la Crimée.