EN DIRECT. Crimée: Poutine reconnaît officiellement l'indépendance de la Crimée... L'Ukraine rappelle son ambassadeur en Russie... Le Kremlin aurait une peur «panique» d'une Ukraine «démocratique et européenne»...

Bertrand de Volontat

— 

Un homme tient un drapeau nationaliste sur une place de Simferopol en Crimée, région autonome d'Ukraine. 
Un homme tient un drapeau nationaliste sur une place de Simferopol en Crimée, région autonome d'Ukraine.  — kyodowc107038.JPG k/NEWSCOM/SIPA
21h02: Ce live est désormais terminé
Vous pouvez retrouver un résumé de la journée par ici. Merci de nous avoir suivis. Bonne soirée.

20h42: La France «pourra envisager» d'annuler la vente de Mistral à la Russie en cas d'escalade
C'est ce que vient d'annoncer Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères

19h26: Poutine a a signé le décret reconnaissant l'indépendance de la Crimée
Le président Vladimir Poutine a signé lundi un décret reconnaissant l'indépendance de la péninsule séparatiste ukrainienne de Crimée, a annoncé le Kremlin.
La Russie, «compte tenu de la volonté des peuples de Crimée exprimée lors du référendum du 16 mars 2014», décide de «reconnaître la République de Crimée comme Etat souverain et indépendant où la ville de Sébastopol a un statut spécial», selon le texte du décret publié par la présidence russe. Le décret entre en vigueur «le jour de sa signature», selon ce texte.

17h37: Ban «inquiet», défend l'unité de l'Ukraine
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est déclaré lundi «très déçu et inquiet» au lendemain du référendum de rattachement de la Crimée à la Russie, et a souhaité une solution politique incluant «le respect de l'unité et de la souveraineté de l'Ukraine», selon un porte-parole.

17h34: La Russie se prépare au pire pour son économie
«Une récession est difficilement évitable», ont résumé les analystes de la banque publique VTB Capital, prévoyant une contraction de l'économie aux deuxième et troisième trimestres et une croissance nulle du produit intérieur brut (PIB) sur l'année. «De nombreux signes montrent que l'économie est frappée par un choc lié à l'incertitude ambiante. Les entreprises retardent leurs investissements et les embauches, tandis que les ménages retardent les dépenses non indispensables», ont-ils expliqué.

17h32: La Crimée «nationalise» le secteur pétrolier et gazier
L'une des premières "nationalisations" décidées lundi par le parlement séparatiste de la Crimée a visé les actifs situés dans la péninsule de la société pétrolière publique ukrainienne Tchernomorneftegaz.
 
17h24: Le Kremlin aurait une peur «panique» d'une Ukraine «démocratique et européenne»
Selon Kiev, le Kremlin a une peur «panique» d'une Ukraine «démocratique et européenne»

17h16: Un journaliste russe menace les Etats-Unis
Le médiatique journaliste pro-russe Dmitry Kiselyov a ainsi déclaré durant son programme que son pays pourrait réduire les Etats-Unis à l'état de «cendres radioactives».

16h24: Vers des sanctions supplémentaires?
Le président Barack Obama a prévenu lundi la Russie que les Etats-Unis étaient prêts à imposer des sanctions supplémentaires liées à la situation en Ukraine, tout en affirmant qu'une solution diplomatique restait possible dans cette crise.

15h54: «La Russie prend le risque de voir sa place dans le monde diminuer»
C'est la menace proférée par Barack Obama.
15h51: L'Ukraine rappelle son ambassadeur en Russie
«Compte tenu la situation autour de la Crimée et de la nécessité de discuter de certains aspects internationaux de la crise, l'Ukraine rappelle pour consultation son ambassadeur en Russie Volodymyr Eltchenko», a annoncé le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans un communiqué.

15h46: «La communauté internationale ne reconnaîtra pas la légitimité du référendum»
Déclare Barack Obama, le président américain. Il assure toutefois qu'une solution diplomatique reste possible.
15h43: Obama s'exprime en direct
A suivre par ici sur le site de la Maison Blanche.

15h26: Les journalistes français sur place.
Ici, David Pujadas de France Télévisions à Simferopol.
À suivre ce soir, édition spéciale depuis #Simferopol dans le... on Twitpic
15h22: Déclaration à venir d'Obama sur l'Ukraine
Le président américain s'exprimera à 15H45 (heure de Paris).

15h21: Wall Street rebondit nettement à l'ouverture
Wall Street rebondissait nettement lundi, de bons indicateurs soutenant les indices. Le Dow Jones prenait 1,10% et le Nasdaq 1,09%. «Le marché rebondit malgré le référendum en Crimée pour se séparer de l'Ukraine et rejoindre la Russie», ont relevé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

15h06: Obama sanctionne 11 responsables, dont Ianoukovitch
Chiffre mis à jour. Sept hauts responsables russes figurent parmi les personnes visées par des gels d'avoirs aux Etats-Unis, selon l'exécutif américain, dont le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, la présidente du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), Valentina Matvienko, ainsi que deux proches conseillers du président Vladimir Poutine et deux élus de la Douma. Côté ukrainien, Washington s'en prend à deux dirigeants séparatistes de Crimée, à Ianoukovitch et à un conseiller de ce dernier.

15h02: L'ancien député Jean Dionis du Séjour compare le référendum en Crimée à l'annexion de l'Autriche par les nazis
Une info relayée par Le Lab.
14h55: La Bourse n'est pas inquiétée
Wall Street a ouvert en légère hausse lundi, reprenant du terrain après de nettes pertes la semaine précédente, malgré la proclamation d'indépendance de la Crimée et les sanctions contre la Russie: le Dow Jones prenait 0,13% et le Nasdaq 0,67%.
La Bourse de New York avait fini dans le rouge vendredi, les investisseurs redoutant une escalade des tensions autour de la crise ukrainienne faute d'accord diplomatique entre la Russie et les Occidentaux.

14h43: Le président déchu Ianoukovitch visé par des sanctions américaines
Parmi les personnes visées par des gels d'avoirs aux Etats-Unis, selon l'exécutif, figure le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, la présidente du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), Valentina Matvienko, ainsi que deux proches conseillers du président Vladimir Poutine.

14h36: Washington sanctionne sept hauts responsables russes
Le président des Etats-Unis Barack Obama a décrété des sanctions contre sept hauts responsables gouvernementaux et politiques russes en représailles au référendum, a annoncé lundi la Maison Blanche.

14h31: Gorbatchev salue le référendum en Crimée et critique les sanctions
Un soutien de poids venu des années 80. L'ancien président soviétique Mikhaïl Gorbatchev a salué lundi le résultat du référendum en Crimée sur le rattachement de la péninsule à la Russie et fustigé l'idée des Occidentaux d'imposer des sanctions à l'égard de responsables russes et ukrainiens.

14h28: Signature vendredi du volet politique de l'accord d'association UE/Ukraine
L'UE et l'Ukraine signeront le volet politique de leur accord d'association le 21 mars, en marge du sommet des dirigeants européens à Bruxelles, afin de marquer le soutien européen aux nouvelles autorités de Kiev, a annoncé lundi une source diplomatique.

13h52: L'UE adopte des sanctions contre une série de personnalités  
L'Union européenne a adopté lundi des sanctions contre 21 personnalités jugées responsables de l'annexion de la Crimée par la Russie, a annoncé le ministre lituanien des Affaires étrangères
Les ministres européens des Affaires étrangères «viennent de décider des sanctions -restrictions de voyager et gel des avoirs contre 21 responsables ukrainiens et russes», a déclaré Linas Linkevicius sur son compte twitter.

13h51: La Turquie déclare ne pas reconnaître le référendum «inacceptable»  
La Turquie a déclaré lundi ne pas reconnaître le référendum «inacceptable» de dimanche en Crimée qui s'est soldée par une victoire massive d'un rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie.
«Ce référendum n'est pas reconnu et n'est pas légitime», a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, devant la presse à l'issue d'un entretien avec le chef de la minorité tatare et turcophone de Crimée, Mustafa Kirimoglu. Le ministre turc a souligné que le référendum, un «fait accompli inacceptable», selon lui, «viole l'intégrité territoriale de l'Ukraine», espérant que le vote ne provoquerait pas de nouvelles tensions.
La Turquie, alliée de l'Otan et qui a d'étroites relations commerciales avec la Russie, entretient des liens historiques avec la communauté tatare, qui représente 12% de la population de l'enclave russophone, et lui finance de nombreuses infrastructures.

13h43: Changement d'heure en Crimée
La péninsule doit passer le 30 mars à l'heure de Moscou, GMT+4, abandonnant ainsi, symboliquement, l'heure de Kiev.


13h41: La Crimée s'enfoncera dans «une nuit polaire» russe, dit Timochenko
Moscou plongera les habitants de la Crimée dans une «nuit polaire», après leur rattachement à la Russie, a déclaré lundi l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko.
«Je compatis avec les habitants de la Crimée (...), victimes de leur insouciance et leur naïveté. Ils risquent de se retrouver dans les ténèbres sur leur péninsule ensoleillée. Le régime russe va leur prouver rapidement qu'une nuit polaire pourrait survenir même dans les régions subtropicales», a prédit Timochenko dans un communiqué affiché sur le site de son parti Batkivchtchina.
Elle a mis en garde la Crimée contre «une catastrophe humanitaire» et «des conséquences économiques imprévisibles».
 
12h59: Le chef de la diplomatie ukrainienne dénonce les provocations russes
Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Andriï Dechtchytsia, a dénoncé les «provocations» de Moscou, fustigeant la présence de troupes russes aux frontières et les «nombreux touristes politiques russes» dans l'est de l'Ukraine.

12h50: Pour Juppé, le résultat est «incontournable». Il réclame «habileté» et «unité»
L'ancien ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a estimé lundi que le résultat du référendum en Crimée, en faveur d'un rattachement de cette région à la Russie était «incontournable» et exigeait des politiques de l'habileté et une certaine unité pour trouver la bonne riposte.
«Les démocraties, l'Union Européenne et les Etats-Unis d'Amérique sont confrontés à un véritable dilemme». «Le référendum organisé en Crimée, après l'invasion de cette région de l'Ukraine par les troupes russes, en violation du droit international, est évidemment un coup de force», a déclaré le maire de Bordeaux sur son blog.

12h42: Moscou envoie une aide de 295 millions d'euros à la Crimée
Dans un tweet rédigé quelques heures après la demande de rattachement adressée par la Crimée à la Russie, Axionov a écrit: «Aujourd'hui la Fédération de Russie a offert à la République de Crimée une assistance de 15 milliards de roubles».

13h23: L'UE prête à sanctionner

l'UE prête à des "sanctions ciblées" contre la... par euronews-fr
12H16: Moscou propose la création d'un groupe international «de soutien» à l'Ukraine
La Russie a adressé il y a une semaine aux Etats-Unis et aux Européens des propositions pour la formation d'un «groupe de soutien» destiné à aider l'Ukraine à «sortir de la crise», a déclaré lundi le ministère russe des Affaires étrangères.

11h55: Marine Le Pen demande à l'UE de ne pas «rester dans l'incohérence»
«A mon sens, les résultats du référendum sont sans contestation possible», a affirmé Marine Le Pen lors d'une conférence de presse à Saint-Gilles, où elle est venue soutenir la candidature de Gilbert Collard à la mairie de la cinquième ville du Gard. La présidente du Front national  a demandé à l'UE «de ne pas rester dans l'incohérence» vis-à-vis de la Crimée.

11h41: La Crimée adopte le rouble comme monnaie officielle en plus de la hrvynia
e rouble est désormais la monnaie officielle de la république séparatiste de Crimée, a annoncé lundi son Parlement local au lendemain du plébiscite pour son rattachement à la Russie. La hryvnia, la monnaie ukrainienne qui avait cours jusqu'à présent, sera acceptée parallèlement jusqu'au 1er janvier 2016, a précisé le parlement sur son site internet.

11h19: La Crimée s'adresse aux Nations unies
«La République de Crimée demande aux Nations unies et à tous les pays du monde de la reconnaître comme un Etat indépendant», stipule le texte adopté par le Parlement à Simféropol. «Et elle demande à la Fédération de Russie de l'accepter comme l'un de ses membres».

11h14: Le Parlement ukrainien approuve une mobilisation partielle
275 députés ont approuvé cette mobilisation de ses forces armées pour faire face à «l'ingérence de la Russie dans les affaires intérieures de l'Ukraine» demandée par le président par intérim Olexandre Tourtchinov compte tenu de «l'aggravation de la situation politique dans le pays et de l'ingérence de la Russie dans les affaires intérieures de l'Ukraine». 33 députés n'ont pas pris part au vote, aucun n'a voté contre.
10h09: Poutine s'exprimera mardi devant le Parlement russe sur la Crimée (responsable parlementaire)
Le président de la Douma a par ailleurs indiqué que l'indépendance de la Crimée serait reconnue par la Russie dans un accord intergouvernemental.

10h43: Le président du Parlement de Crimée annonce la dissolution des unités militaires ukrainiennes
Alors que l'armée russe est bien présente en Crimée.
Russian troops go shopping in Crimea par nocommenttv

10h37: L'UE va envoyer le message le plus fort possible... mais reste prudente
La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a assuré lundi que l'UE allait envoyer «le message le plus fort possible» à la Russie en décidant d'imposer des sanctions tout en réaffirmant que les Européens ne souhaitent pas d'escalade avec Moscou.

10h28: La Crimée nationalise tous les biens de l'Etat ukrainien

10h09: Crimée, demandez le programme de ce lundi.
Tout ce qui se passe ce lundi de Bruxelle à Moscou en passant par Simféropol, c'est à retrouver par ici.

10h08: Le parlement de la Crimée demande le rattachement à la Russie
Le parlement de la Crimée a proclamé lundi l'indépendance de la péninsule de l'Ukraine et demandé son rattachement à la Russie.Tous les 85 députés ont approuvé à l'unanimité ces décisions, attendues après la victoire massive des partisans du rattachement au référendum de dimanche, et décrété aussi la nationalisation de tous les biens de l'Etat ukrainien sur son territoire.

10h07: Bienvenue dans ce live «Crimée».
Quelques heures après la victoire du «oui» au rattachement de la Crimée à la Russie.

Le jour d’après. La Crimée s'acheminait encore davantage vers le rattachement à la Russie au lendemain d'un référendum marqué par une victoire massive du oui mais dénoncé par Bruxelles qui doivent annoncer de nouvelles sanctions et engager des démarches de l'Occident en signe de soutien à l'Ukraine. Ce référendum doit être suivi ce lundi par des décisions institutionnelles à Moscou.

Ce vote de dimanche pourrait permettre à la Russie, une fois la Crimée absorbée, d'étendre son territoire pour la première fois depuis 1945.