Les habitants de Crimée ont plébiscité à 93% le rattachement à la Russie selon un sondage... Washington rejette le référendum qui a eu lieu en Crimée...

avec AFP

— 

Un homme tient un drapeau nationaliste sur une place de Simferopol en Crimée, région autonome d'Ukraine. 
Un homme tient un drapeau nationaliste sur une place de Simferopol en Crimée, région autonome d'Ukraine.  — kyodowc107038.JPG k/NEWSCOM/SIPA


22h17:  «Nous rentrons à la maison !», lance à la foule à Simféropol le leader séparatiste Axionov

Le dirigeant sécessionniste de Crimée Serguiï Axionov, commentant le résultat du référendum de rattachement à la Russie, a lancé dimanche soir à la foule à Simféropol: «Nous rentrons à la maison».
«La Crimée va en Russie», a-t-il ajouté, avant d'entonner avec la foule et une chorale de chanteurs en tenues de marins de la Flotte de la mer Noire l'hymne russe.
 
22h01: Pour Sarnez l'Europe doit prendre « des mesures coercitives»
Pour Marielle de Sarnez, députée européenne MoDem: «L'Europe peut et doit prendre toutes les mesures coercitives dont elle dispose telles que des sanctions renforcées (...) L'Ukraine et ses voisins de l'est, ont tout à gagner d'un retour à la stabilité. La Russie doit donc s'abstenir de toute ingérence et ordonner le retrait des groupes armés du territoire ukrainien. Moscou doit aussi s'engager à participer à un processus négocié dans le respect du droit international.»

«L'Union européenne doit plus que jamais apporter son soutien au peuple ukrainien. Cela passe en premier lieur par une aide financière permettant à l'Ukraine de faire face aux prochaines échéances - y compris vis-à-vis de Gazprom-. L'UE et ses États membres doivent également déployer tous leurs efforts pour aider l'Ukraine à recouvrer les avoirs volés et assister le pays dans la consolidation de ses institutions».


21h50 : «Une violation inacceptable de la souveraineté territoriale de l'Etat ukrainien», selon Jégo
Yves Jégo, député et coordinateur de l'UDI a réagit à l'actualité dans un communiqué:  «L'annexion référendaire engagée par la Russie visant à détacher la Crimée de l'Ukraine sans respecter aucune des règles du droit international est une violation inacceptable de la souveraineté territoriale de l'Etat ukrainien. L'Europe doit se positionner clairement aux côtés des Ukrainiens en réunissant d'urgence un conseil européen qui condamnera cette méthode et déterminera la riposte de l'union européenne. Le coup de force de Vladimir Poutine souligne aussi la trop grande faiblesse diplomatique de l'Europe». 

21h45: Poutine et Obama ont convenu de chercher ensemble à stabiliser la situation en Ukraine

Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré dimanche à son homologue américain que le référendum en Crimée était «pleinement conforme» au droit international et qu'une éventuelle mission de l'OSCE devait le cas échéant s'étendre à toute l'Ukraine.
Poutine et Obama ont convenu que «malgré les différences d'appréciation, il était nécessaire de chercher ensemble des moyens de stabiliser la situation en Ukraine», a également indiqué le Kremlin, soulignant que l'entretien téléphonique avait eu lieu à l'initiative du président américain.
 

21h29: 95% de votants pour le rattachement de la Crimée à la Russie (premiers résultats officiels)

Plus de 95% des votants ont approuvé le rattachement de la péninsule séparatiste ukrainienne de Crimée à la Russie, selon les premiers résultats préliminaires officiels délivrés par le président de la commission électorale locale Mikhaïlo Malychev.
 
21h22 : La Roumanie ne reconnaît pas un référendum «illégal»
La Roumanie, pays voisin de l'Ukraine, ne reconnaîtra pas le résultat d'un référendum «illégal» en Crimée, a indiqué le président Traian Basescu dimanche soir.

«Un scrutin organisé sous la menace d'une occupation militaire (...) ne peut pas être légitimé par la communauté internationale», a ajouté le chef de l'Etat.
 
21h11: Selon un présentateur de télé russe Moscou peut réduire les USA en «cendres radioactives»

«La Russie est le seul pays au monde capable de transformer les Etats-Unis en cendres radioactives»,  a déclaré dimanche le présentateur vedette de la télévision publique Russie 24 Dmitri Kisselev, considéré comme le maître de la propagande du Kremlin.
Dimitri Kisselev a tenu ces propos avec derrière lui une image de champignon nucléaire s'élevant dans le ciel lors de son émission hebdomadaire «Les informations de la semaine», destinée à diffuser le point de vue du Kremlin sur la politique internationale.
 
20h38: Un référendum «illégal» pour Paris
Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a qualifié d'«illégal» le référendum dimanche en Crimée en faveur d'un rattachement à la Russie, et appelé Moscou à «éviter une escalade inutile et dangereuse en Ukraine».
 
«Il est d'autant plus illégitime qu'il s'est déroulé sous la menace des forces d'occupation russes», a-t-il ajouté.

«La France appelle la Fédération de Russie à prendre immédiatement des mesures qui permettent d'éviter une escalade inutile et dangereuse en Ukraine», a poursuivi Laurent Fabius, appelant Moscou à «reconnaître et respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine».
 
20h25: «Tous les canaux diplomatiques restent ouverts» selon Rome

La ministre italienne des Affaires étrangères, Federica Mogherini, a exprimé dimanche soir sa vive inquiétude après les résultats du référendum en Crimée, tout en soulignant que «tous les canaux diplomatiques restaient ouverts».
Dans un communiqué, Mme Mogherini a souligné que l'Italie, comme ses partenaires de l'Union européenne, le «jugeait illégitime» et a soutenu la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, contre laquelle la Russie a mis son veto.
«Il y a encore de la place pour mettre fin à la crise. Tous les canaux diplomatiques restent ouverts», à condition que «la Russie n'annexe pas la Crimée», a ajouté le chef de la diplomatie italienne.
 

20h22: La Crimée demandera officiellement lundi son rattachement à la Russie

La Crimée demandera officiellement lundi son rattachement à la Russie, a annoncé dimanche soir le Premier ministre séparatiste Serguiï Axionov sur son compte Twitter, à l'issue du référendum censé donner une large victoire aux partisans de la Russie.
«Le parlement de la Crimée se réunira lundi en session extraordinaire pour adopter une candidature officielle à l'intégration à la Fédération de Russie», a déclaré Sergui Axionov.
 



20h18: Des milliers de personnes fêtent à Simféropol et Sébastopol le rattachement de la Crimée à la Russie

Des milliers de personnes sont descendues dimanche soir dans les rues de la capitale de la Crimée, Simféropol, et de Sébastopol qui abrite la flotte russe de la mer Noire, pour fêter la victoire jouée d'avance du rattachement de la péninsule à la Russie, ont constaté des journalistes de l'AFP.
A Simféropol, les partisans de Moscou agitaient des drapeaux russes et ceux de la Crimée au rythme d'un concert. A Sébastopol, des milliers de personnes faisaient de même avec force alcool et en scandant «Sé-bas-to-pol» et «Ru-ssie» devant des artistes exécutant des danses traditionnelles russes. Selon un sondage sortie des urnes, 93% des 1,5 million d'électeurs ont approuvé le principe d'une intégration de la Crimée à la Fédération de Russie.
 
20h12: La Grande Bretagne qualifie de «farce» le référendum en Crimée

La Grande Bretagne a condamné le référendum en Crimée en faveur d'un rattachement à la Russie qualifiant le vote de «farce» et refusant d'en reconnaître le résultat.
Le Secrétaire au Foreign Office William Hague a estimé que le référendum était une violation de la constitution ukrainienne dans une intervention à la veille d'une réunion lundi des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE).
«Rien dans la manière de mener le référendum ne peut nous convaincre qu'il s'est agi d'un exercice légitime», a-t-il dit selon un communiqué du Foreign Office.
 
19h27: le Premier ministre séparatiste salue une décision «historique»

Le premier ministre pro-russe de la Crimée, Serguiï Axionov, a salué dimanche la décision «historique» exprimée lors du référendum sur le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie.
«Merci à tous ceux qui ont participé au référendum et ont fait leur choix. Aujourd'hui nous avons pris une décision très importante qui entrera dans l'histoire», a déclaré M. Axionov sur son compte Twitter.
 

19h19: Les habitants de Crimée ont plébiscité à 93% le rattachement à la Russie selon un sondage
19h11: Washington «rejette» le référendum qui a eu lieu en Crimée selon la Maison Blanche

Les Etats-Unis «rejettent» le référendum qui s'est déroulé dimanche en Crimée pour son rattachement à la Russie, un scrutin «contraire à la Constitution ukrainienne» organisé «sous des menaces de violences» de la part de la Russie, selon la Maison Blanche.
«Les actes de la Russie sont dangereux et déstabilisants», a ajouté le porte-parole de l'exécutif américain Jay Carney dans un communiqué. «Le Conseil de sécurité a reconnu cet état de fait hier dans une résolution à laquelle seule la Russie s'est opposée», a-t-il ajouté.
 
18h34: Manifestation à Londres contre «un référendum sous la menace d'une arme»

Plus de deux mille manifestants ont protesté dimanche à Londres devant l'ambassade de Russie contre «l'impérialisme de Poutine» et dénoncé «un référendum se tenant sous la menace d'une arme» en Crimée.
Aux cris de l'«Ukraine, unie, ne sera jamais divisée», «Poutine, touche pas à l'Ukraine», et «Troupes russes hors de Crimée»,  les manifestants ont défilé sous le soleil le jour de ce référendum sur le rattachement de la région ukrainienne de Crimée à la Russie.
«Arrêtez l'impérialisme» du président russe Vladimir Poutine, «Troupes russes hors d'Ukraine», «Référendum sous la menace d'une arme», indiquaient les pancartes dans la foule, où abondaient les drapeaux ukrainiens.
 

17h35 : La Bulgarie réticente à sanctionner la Russie

Le chef du gouvernement bulgare a souligné dimanche la réticence de son pays à sanctionner la Russie après le référendum de rattachement de la Crimée à Moscou.
«Avec quelques autres pays de l'Union européenne (UE), nous sommes parmi les moins intéressés par des sanctions», a déclaré Plamen Orecharski lors d'un point de presse à Borovets, près de Sofia.
 
17h19: John Kerry appelle Lavrov et réaffirme le caractère illégal du référendum

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est de nouveau entretenu dimanche matin au téléphone avec son homologue russe Sergueï Lavrov et il a réaffirmé le caractère illégal du référendum organisé en Crimée pour son rattachement à la Russie.
«Les Etats-Unis ne reconnaîtront pas le résultat» de ce référendum, a dit John Kerry tout en demandant que la Russie appuie les réformes constitutionnelles envisagées par l'Ukraine et que ses soldats regagnent leurs bases, selon un communiqué du département d'Etat.
 
17h10 : L'UE juge «illégal» le référendum et prendra des sanctions lundi

L'Union européenne a officiellement condamné le référendum de dimanche en Crimée, le jugeant «illégal et illégitime», et a annoncé que des sanctions seraient décidées lundi.
«Le référendum est illégal et illégitime et son résultat ne sera pas reconnu», ont déclaré les présidents du Conseil européen et de la Commission, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, dans un communiqué commun, en précisant que les ministres des Affaires étrangères se prononceront lundi sur de nouvelles sanctions.
 
16h48: Meeting-référendum pour plus d'autonomie à Kharkiv (est)

Quelque 6.000 manifestants pro-russes ont organisé dimanche à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, malgré l'interdiction de la justice, un meeting-référendum pour plus d'autonomie et pour la «souveraineté» de la langue russe, le jour où la péninsule séparatiste de Crimée votait pour son rattachement à la Russie.
Les organisateurs du rassemblement dans cette ville industrielle, ancienne capitale de l'Ukraine, ont distribué des «bulletins» en faveur de la «fédéralisation économique» et «la souveraineté linguistique»
qu'il fallait remplir et glisser dans un sac en plastique.
 
16h00 : 64% de participation selon les autorités séparatistes
Les habitants de la péninsule ukrainienne de Crimée auraient voté massivement ce dimanche, les autorités séparatistes annonçant une participation record de 64% à quatre heures de la clôture du scrutin.
15h56 : Les pro-russes pénètrent aux sièges du parquet et des services spéciaux de Donetsk
Les pro-russes pénètrent aux sièges du parquet et des services spéciaux de Donetsk, fief russophone du président déchu Viktor Ianoukovitch .
15h46: Kiev demande à l'OSCE d'envoyer des observateurs dans le sud-est de l'Ukraine
Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a demandé à l'OSCE d'envoyer d'urgence des observateurs dans «l'est et le sud de l'Ukraine», y compris en Crimée qui vote dimanche son rattachement à la Russie. «Leur mandat doit s'étendre à l'est et au  sud de l'Ukraine, y compris en Crimée», a déclaré Arseni Iatseniouk, selon un communiqué du gouvernement. «J'espère qu'une telle décision sera votée au cours d'une réunion extraordinaire de l'OSCE», l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, a-t-il poursuivi.
15h44: Angela Merkel condamne l'intervention de troupes russes hors de Crimée
La chancelière allemande Angela Merkel a «condamné les événements d'hier (samedi) dans la région de Kherson, sur le territoire continental ukrainien, au cours desquels des soldats russes ont occupé une station de distribution de gaz», a précisé le service de communication de la chancellerie dans un communiqué. Quelque 80 soldats, des hélicoptères et des blindés avaient alors franchi la frontière entre la péninsule de Crimée et le reste de l'Ukraine.
15h42: La Roumanie ne reconnaitra pas les résultats
Les résultats du «soi-disant référendum» en Crimée ne seront pas reconnus car un tel précédent «ferait voler en éclat les frontières en Europe», a estimé dimanche le chef de la diplomatie roumaine, Titus Corlatean, dont le pays est voisin de l'Ukraine.
15h40: Aucun incident à la mi-journée le président du comité d'organisation du référendum
Selon Mikhaïlo Malichev, président du comité d'organisation du référendum, à la mi-journée aucun incident, qui aurait requis l'intervention de la police, n'avait été enregistré.
15h38: Des journalistes empêchés d'entrer dans les bureaux de vote
Et dans certains bureaux de vote, des journalistes, dont ceux de l'AFP, ont parfois été empêchés d'entrer dans le bureau de vote malgré leurs accréditations émises par les autorités locales.
15h37: A Sébastopol, quelques irrégularités
A Sébastopol, plusieurs dizaines d'électeurs ont été vus par une journaliste de l'AFP commencer à déposer leurs bulletins dans les urnes une demi-heure avant l'ouverture officielle du scrutin à 08H00 locale.
15h35: Sébastopol, base historique de la flotte, hisse déjà le drapeau russe
Le drapeau tricolore de la Russie claque déjà dans le ciel de Sébastopol, le port d'attache historique de la flotte russe de la mer Noire en Crimée, la péninsule ukrainienne qui vote dimanche par référendum son rattachement à la Russie.
15h33: Les Russes promettent de ne plus bloquer les bases ukrainiennes en Crimée jusqu'à vendredi

Les commandants des forces russes et ceux des forces ukrainiennes dans la péninsule de Crimée se sont mis d'accord pour que les bases ukrainiennes ne soient plus bloquées jusqu'au vendredi 21 mars, a annoncé dimanche le ministre ukrainien de la Défense par intérim, Igor Tenioukh.
Ces bases qui ont jusqu'à présent été bloquées par des forces russes ou pro-russes, et dont l'approvisionnement était devenu difficile, pourront pendant ce temps reconstituer leurs réserves, a ajouté le ministre cité par l'agence Interfax-Ukraine.
15h25: Poutine déclare qu'il respectera le résultat du référendum
Le président russe Vladimir Poutine a déclaré à la chancelière allemande Angela Merkel que la Russie respecterait le résultat du référendum de dimanche sur le rattachement de la région ukrainienne de Crimée à la Russie, selon un communiqué du Kremlin.

Les habitants de la péninsule ukrainienne de Crimée, soit un million et demi d'électeurs, votent massivement ce dimanche pour décider de son rattachement ou non à la Russie, ukrainienne depuis 1954. Les autorités séparatistes prédisant d'ores et déjà une participation record. Le référendum, dénoncé tant à Kiev qu'en Occident, se déroule en présence de troupes russes qui contrôlent la région depuis deux semaines aux côtés de milices séparatistes.Les minorités ukrainienne et tatar, qui constituent ensemble 37 % de la population, ont appelé au boycottage du scrutin. Samedi, le gouvernement ukrainien avait accusé l'armée russe d'avoir envahi le sud-est du pays lors d'une opération héliportée menée au-delà des limites de la Crimée. «C'est un moment historique, tout le monde sera heureux», a lancé à la presse le «Premier ministre» pro-russe de la Crimée, Serguiï Axionov. Les premiers résultats de ce vote doivent être connus après 19 heures (heure française).