Boeing Malaysian Airlines: La Chine déploie dix satellites pour accélérer les recherches

CATASTROPHE Alors que pour le moment toutes les recherches n'ont abouti à aucune découverte, la Chine déploie dix satellites pour aider bateaux et hélocoptères à retrouvé le Boeing 777 disparu...

20 Minutes avec AFP
— 
Les familles des victimes du crash remplissent des papiers pour aller sur le site du crash.
Les familles des victimes du crash remplissent des papiers pour aller sur le site du crash. — MARK RALSTON

Aucune trace, malgré les ambitieux moyens déployés. En mer, sur Terre et même depuis l’espace: les recherches s’intensifiaient mardi pour localiser le Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui a mystérieusement disparu depuis plus de trois jours peu après son décollage de Kuala Lumpur, plongeant les familles dans l’angoisse. Des dizaines de navires, d’avions et d’hélicoptères de neuf pays (notamment Chine, Etats-Unis, Vietnam, Malaisie, Philippines, Singapour) participent aux opérations.

Dix satellites pour aider les recherches

La Chine, dont 153 ressortissants se trouvaient à bord de l’appareil et qui reproche à la Malaisie de n’avoir pas immédiatement engagé tous les moyens nécessaires, a annoncé mardi le redéploiement de dix satellites pour appuyer les secours. Ces satellites à haute résolution serviront notamment à l’aide à la navigation, l’observation des conditions météorologiques, les communications.

Le vol MH370, parti de Kuala Lumpur à destination de Pékin avec 239 personnes à bord, a brusquement disparu des radars dans les premières heures de samedi, alors qu’il se trouvait quelque part entre la côte orientale de la Malaisie et le sud du Vietnam.

L’avion a-t-il fait demi-tour?

Menées depuis sans aucun résultat, les recherches ont été étendues lundi en mer de Chine méridionale «de 50 milles marins (environ 90 km) à 100 milles de rayon autour du lieu où le contrôle aérien a perdu le contact avec l’appareil. Les opérations avaient déjà été étendues la veille à la côte ouest de la Malaisie et à la terre, alors que l’armée malaisienne a évoqué la» réelle possibilité» que le vol MH370 ait fait demi-tour.

 

 


Tout ce qu'on sait ce mardi matin sur le crash du Boeing et les recherches - J.Saeki / A.Leung / S.Ramis /


 

Les premières découvertes n’ont rien donné

A plusieurs reprises depuis samedi les secours ont fait état de la découverte en mer d’éléments susceptibles d’appartenir à l’avion dans l’hypothèse où il se serait abîmé ou désintégré en vol. A chaque fois, néanmoins, les vérifications ont infirmé ces découvertes. Les analyses d’une nappe de carburant détectée en mer près du point possible de disparition du Boeing ont révélé qu’il ne provenait pas de l’avion. Et un navire vietnamien dépêché pour vérifier la présence d’un possible radeau de sauvetage n’a trouvé qu'«une couverture moisie pour enrouleur de câble», a indiqué le chef d’État-major adjoint de l’armée vietnamienne Vo Vo Tuan à l’AFP.

Les opération étendues

Le vice-ministre vietnamien des Transports Pham Quy Tieu a annoncé mardi que Hanoï allait également étendre ses opérations «vers l’est et le nord-est», dans deux zones séparées, précisant avoir demandé l’aide des pêcheurs de la région. Les circonstances de la disparition de l’appareil continuaient de nourrir les spéculations, entre les pistes d’une avarie mécanique et d’un attentat.

Cette dernière hypothèse a été soulevée en raison de la brusque disparition de l’avion qui pourrait accréditer le scénario d’une explosion, et la présence à bord de deux passagers voyageant avec les passeports volés d’un Italien et d’un Autrichien.