Ukraine: La Russie va faire une proposition pour sortir de l'impasse

UKRAINE Le ministre des Affaires étrangères russe a assuré que cette proposition pourrait «ramener la situation dans le cadre du droit international en tenant compte des intérêts de tous les Ukrainiens sans exception»...

avec AFP

— 

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, le 6 mars 2014 à Rome
Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, le 6 mars 2014 à Rome — Alberto Pizzoli AFP

La Russie va faire des propositions pour un règlement en Ukraine, a assuré Sergueï Lavrov, ministre des affaires étrangères russe, cité par l'agence Itar-Tass.

« Nous avons préparé (..) nos propres propositions. Elles visent à ramener la situation dans le cadre du droit international en tenant compte des intérêts de tous les Ukrainiens sans exception », a déclaré Sergueï Lavrov après une rencontre avec le président Vladimir Poutine, selon l'agence.

Le Premier ministre ukrainien à Washington

Le nouveau pouvoir ukrainien était lancé lundi dans une course contre la montre avec l’aide des Occidentaux pour tenter d’enrayer le rattachement programmé de la péninsule séparatiste de Crimée à la Russie, au début d’une semaine cruciale pour l’avenir du pays.

Référendum le 16 mars, préparation à l’entrée dans la zone du rouble: les autorités séparatistes avancent à marche forcée, encouragées par Vladimir Poutine qui a défendu leur droit à être rattaché à la Russie, malgré les critiques des Occidentaux. De son côté, Kiev en appelle aux Etats-Unis pour faire cesser «l’agression» avant la visite à Washington de son Premier ministre Arseni Iatseniouk.

Le groupe de contact semble être refusé

ndiquant que des propositions transmises par le secrétaire d'Etat américain John Kerry n'avaient pas satisfait Moscou, Sergueï Lavrov a semblé écarter le principe d'un groupe de contact auquel avaient appelé la chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Barack Obama. Dans les propositions transmises à Moscou, "nous avons trouvé une conception qui semble-t-il ne nous convient pas vraiment, parce que tout y était formulé dans le sens d'un prétendu conflit entre la Russie et l'Ukraine et dans celui de la reconnaissance du fait accompli", a déclaré Sergueï Lavrov, selon Itar-Tass.

Les Occidentaux, Etats-Unis et Allemagne en tête, ont appelé ces derniers jours le président russe Vladimir Poutine à accepter la création d'un groupe de contact pour régler la crise ukrainienne. La présidence américaine a précisé vendredi qu'il s'agissait "d'un groupe de contact qui mènera le dialogue entre l'Ukraine et la Russie pour une désescalade de la situation et pour la restauration de l'intégrité territoriale de l'Ukraine".