Boeing disparu: Revivez les événements du lundi 10 mars par ici

A.Ch. avec AFP

— 

Un avion de la compagnie Malaysia Airlines. Illustration.
Un avion de la compagnie Malaysia Airlines. Illustration. — XinHua/SIPA
00h15: Ce live est terminé. Merci de l'avoir suivi. La synthèse des événements du jour est à lire par ici.
22h13: Boeing participe aux recherches
Le constructeur aéronautique américain Boeing a annoncé lundi qu'il participait aux côtés des autorités américaines aux recherches pour localiser le 777 de Malaysia Airlines disparu ce week-end. «Boeing a rejoint l'équipe de la NTSB», l'agence américaine de la sécurité dans les transports, indique le constructeur dans un communiqué succinct. «L'équipe est positionnée dans la région pour offrir son assistance», poursuit-il.

20h07: Les téléphones des disparus continuent de sonner
Selon un média chinois, plusieurs familles ont réussi à appeler le téléphone de disparus du vol MH370 de la Malaysian airlines. C'est ce qu'affirme le quotidien de Singapour, Straits Times sur son site. Ces derniers n'ont pas décroché mais les familles ont bien entendu la tonalité.

19h21: Un second navire américain va participer aux recherches
La Marine américaine va envoyer un second navire en Mer de Chine méridionale afin de participer aux recherches pour localiser le Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu ce week-end, a indiqué le Pentagone lundi.

16h: Les deux hommes qui voyageaient avec des passeports volés «ressemblaient à Balotelli»
Le patron de l'aviation civile malaisienne, qui donnait une conférence de presse ce lundi, a comparé les deux hommes qui voyageaient sans passeport dans l'avion disparu au footballeur italien Mario Balotelli. Interrogé sur l'apparence physique des deux hommes, Azharuddin Abdul Rahman a déclaré «qu'ils ne ressemblaient pas à des Asiatiques» mais plutôt au joueur de football Balotelli. Une comparaison incongrue qui renforce encore le flou autour de ces deux personnes voyageant avec des passeports volés à des touristes et qui devaient se rendre à Amsterdam après une escale à Pékin.

14h: La Malaisie étend la zone de recherche du Boeing de Malaisia Airlines
La Malaisie a étendu la zone de recherche du Boeing de Malaysia Airlines disparu samedi avec 239 personnes à bord, après trois jours d'opérations infructueuses, a annoncé lundi un haut responsable. «La zone de recherche a été étendue en mer de Chine méridionale», a déclaré le chef de l'aviation civile malaisienne, Azharuddin Abdul Rahma, notant que des recherches étaient également menées sur la côte ouest de la Malaisie et sur terre.

12h30: L'avion a-t-il pu se désintégrer en vol?

L'absence de message de détresse a nourri les spéculations quant à la possible survenue d'un incident majeur, comme une explosion. «Il peut s'agir soit d'une défaillance mécanique grave ou de quelque chose d'un peu plus sinistre», avance Chris de Lavigne, vice-président du cabinet de conseil Frost & Sullivan, spécialiste d'aéronautique. Les autorités affirment que l'aéronef croisait à une altitude de 35.000 pieds (11.000 mètres) au-dessus de la mer quand le contrôle aérien a perdu son contact. «C'est le moment le plus sûr du vol» et le Boeing 777 est un appareil extrêmement fiable avec «de très, très rares incidents» recensés depuis sa mise en service, souligne l'expert. Gerry Soejatman, un expert indépendant basé en Indonésie, évoque «la possibilité d'une explosion» à moyenne altitude ou «un simple problème» suivi d'une erreur de diagnostic de l'équipage. «Ils ne réalisent pas ce qui se passe et l'avion s'écrase. C'est ce qui est arrivé dans le cas d'Air France», dit-il en référence au vol 447 Rio-Paris de juin 2009. L'accident avait fait 228 morts, dont 216 passagers.



11h50: La nappe de carburant observée au large de la Malaisie est sans rapport avec le Boeing

Le fioul prélevé en mer sur une nappe dérivant au large de la Malaisie n'appartient pas au Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui a disparu samedi, ont révélé lundi les analyses. «Ce carburant n'est pas utilisé pour les avions» mais pour les navires, a déclaré la porte-parole de la police maritime malaisienne, Faridah Shuib. La nappe de fioul se trouvait à environ 185 kilomètres des côtes orientales de la Malaisie, non loin de l'endroit où le contrôle aérien a perdu le contact avec l'appareil.

 
 
11h: Un point sur l'enquête en vidéo


Disparition du vol Malaysia Airlines: Enquête... par 20Minutes
10h: Un éventuel radeau de survie repéré

Des navires convergeaient lundi vers la zone où a été repéré, flottant à la surface, un objet qui pourrait être un radeau de survie. «Nous venons de recevoir une information selon laquelle un avion a vu quelque chose ressemblant à un radeau de survie chaviré», a déclaré le chef de l'aviation civile malaisienne, Azharuddin Abdul Rahman.


Plus de 48 heures après, le mystère reste entier sur le sort du Boeing 777 de Malaysia Airlines qui transportait 227 passagers de 14 nationalités, dont quatre Français, et 12 membres d'équipage. L’avion a disparu des écrans radar dans la nuit de vendredi à samedi une heure après son décollage, quelque part entre l'est de la Malaisie et le sud du Vietnam.

La Chine, inquiète pour ses 153 ressortissants à bord du vol MG370 qui effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin, a réclamé ce lundi une intensification des opérations. «La Malaisie attache de l'importance à cet accident (et fait preuve) d'une attitude sincère», mais face à l'angoisse et au désespoir des familles, elle «doit intensifier ses efforts», a déclaré Qin Gang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. «Malheureusement (...) nous n'avons rien trouvé qui semble provenir de l'appareil, encore moins l'appareil lui-même», a déclaré le directeur de l'aviation civile malaisienne, Azharuddin Abdul Rahman, en évoquant une disparition «stupéfiante».

Des débris au large du Vietnam?

L'aviation vietnamienne avait repéré dimanche soir à 80 km de l'île de Tho Chu, au large de sa côte sud, deux objets qui pourraient provenir de l'avion. «Mais là encore aucune confirmation n'a été apportée», a déploré le responsable malaisien au cours d'une conférence de presse. Deux bateaux ont aussi été dépêchés pour patrouiller autour de l'île de Tho Chu, près de laquelle avaient été repérées auparavant deux traînées de carburant de plusieurs kilomètres, a indiqué le vice-amiral vietnamien Ngo Van Phat à l'AFP.

Les autorités malaisiennes, qui ont lancé une enquête pour terrorisme après la découverte qu'au moins deux passagers voyageaient avec des passeports volés, continuaient de leur côté à fouiller des zones plus proches de leur côte, au sud de Tho Chu. L'armée malaisienne, citant des analyses radars, avait évoqué dimanche l'hypothèse que l'avion ait fait demi-tour vers Kuala Lumpur. Mais un demi-tour aurait dû déclencher des alertes, alors qu'aucun signal de détresse d'aucune sorte n'a été envoyé par le pilote expérimenté.