Avion disparu: les médias chinois critiquent la Malaisie sur les «carences» de sécurité

CHINE Les quotidiens d’état chinois blâment à la fois la compagnie Malaysia Airlines et l’aéroport de Kuala Lumpur…

avec AFP

— 

Les proches des passagers attendent à l'aéroport de Pékin le 8 mars 2014.
Les proches des passagers attendent à l'aéroport de Pékin le 8 mars 2014. — XinHua/SIPA

Les médias d'Etat chinois critiquaient vivement lundi les autorités malaisiennes et la compagnie Malaysia Airlines pour leur gestion de la disparition samedi d'un Boeing 777, déplorant «des carences» des dispositifs de sécurité et une réaction tardive. Sur ce vol MH370 qui reliait Kuala Lumpur à Pékin, les deux tiers des 239 personnes à bord étaient des citoyens chinois -ce qui ferait de l'accident, s'il se confirme, l'une des pires catastrophes aériennes enregistrées par la Chine.

>> Notre synthèse des derniers événements est à lire ici

«Les autorités malaisiennes ne peuvent pas échapper à leurs responsabilités», a souligné dans un éditorial acerbe le quotidien officiel Global Times, réputé pour son ton nationaliste. «La réponse initiale de la Malaisie n'a pas été assez rapide» et «il y a des carences de la part de Malaysia Airlines et des responsables chargés de la sécurité», a-t-il déploré.

« Cet Italien et cet Autrichien avec des visages d'asiatiques » 

La Malaisie a lancé dimanche une enquête pour acte de terrorisme sur la disparition du Boeing 777, dont deux des passagers avaient embarqué avec des passeports volés, italien et autrichien. «Si (la disparition de l'appareil) est due à une panne mécanique ou à une erreur de pilotage, alors c'est Malaysia Airlines qui est responsable. S'il s'agit d'un attentat terroriste, alors il faut blâmer les contrôles de sécurité à l'aéroport de Kuala Lumpur», a poursuivi le Global Times.

De son côté, le China Daily, autre quotidien d'Etat, relevait que «le scénario terroriste ne pouvait pas être exclu» et que les autorités malaises et internationales étaient toujours en peine de dire qui étaient ces passagers voyageant sous de fausses identités. «Le fait que des personnes soient montées à bord avec des faux passeports nous rappelle que les dispositifs de sécurité dans le monde ne sauraient jamais être trop stricts, en particulier pour les aéroports», a-t-il commenté. «Ce qui me laisse encore abasourdi, c'est que (les officiels des services d'immigration) ne se soient pas interrogés davantage sur cet Italien et cet Autrichien avec des visages d'asiatiques» et des noms européens, a déclaré le ministre malais de l'Intérieur, Zahid Hamidi, cité lundi par l'agence nationale malaise Bernama.

Le gouvernement chinois a envoyé lundi à Kuala Lumpur des responsables des ministères des Affaires étrangères, de l'Intérieur et des Transports pour enquêter sur la disparition de l'appareil et aider les familles des passagers, selon l'agence Chine nouvelle. Cette disparition d'avion intervient moins d'une semaine après un attentat meurtrier ayant fait 29 morts à Kunming, dans le sud de la Chine, imputé par les autorités à un groupe séparatiste musulman du Xinjiang (ouest).