Boeing disparu de la Malaysia Airlines: Que s'est-il passé sur le vol MH370?

ACCIDENT L’appareil qui a quitté la Malaisie pour Pékin dans la nuit de vendredi à samedi a disparu deux heures après son décollage avec 239 personnes à bord…

Jerome Comin

— 

Parti de Kuala Lumpur, en Malaisie, l'appareil, qui transporte 239 personnes dont quatre Français, aurait dû atterrir à 23h30 vendredi (heure de Paris) à Pékin.
Parti de Kuala Lumpur, en Malaisie, l'appareil, qui transporte 239 personnes dont quatre Français, aurait dû atterrir à 23h30 vendredi (heure de Paris) à Pékin. — XinHua

Que s’est-il passé dans la nuit de vendredi à samedi sur le vol MH370 de Malaysia Airlines qui devait relier Kuala Lumpur à Pékin? C’est la question qui est sur toutes les lèvres depuis la disparition deux heures après son décollage de ce Boeing 777-200. «20 Minutes» fait le point sur ce qui pourrait être la plus grande catastrophe aérienne de ces dix dernières années.

Combien de victimes potentielles?

Le vol MH370 transportait 227 passagers de 14 nationalités, dont quatre Français et trois Américains, et 12 membres d’équipage. En revanche, un Italien et un Autrichien qui figuraient sur la liste des passagers ne se trouvaient en fait pas dans l’avion, la méprise venant du fait que leurs passeports avaient été volés, ont indiqué les autorités et les médias locaux.

» Revivez tous les événements de la journée de samedi par ici

Une chose est sûre: si l’accident se confirme, il pourrait s’agir de la catastrophe aérienne la plus meurtrière d’un avion de ligne depuis 2001, date de l’accident d’un Airbus A-300 d’American Airlines qui avait fait 265 morts aux Etats-Unis.

Quelles sont les causes de cette disparition?

«A ce stade tout reste ouvert, a expliqué à 20 Minutes l’ancien commandant de bord Gérard Feldzer. Cela peut être lié à des conditions météorologiques défavorables, à un accident mécanique comme une perte des commandes, l’explosion d’une bombe ou encore une dépressurisation brutale liée à l’ouverture d’une porte ou encore d’un hublot. On ne peut exclure non plus que l’avion ait été touché par un missile. Dans tous les cas, il faut se demander pourquoi les pilotes n’ont pas eu le temps d’envoyer un signal de détresse.»

De son côté, Europe 1 révèle que ce Boeing 777-200 de plus de onze ans «a été accidenté en 2012 lors d’une escale à Shanghai en Chine», selon Bernard Chabbert, spécialiste de l’aéronautique. Il affirme que l’avion en question avait percuté un appareil de la China Southern à l’aéroport de Shanghai. «Des gros travaux avaient été nécessaires pour le remettre en état et le bout de son aile droite avait été remplacé», détaille-t-il se gardant bien toutefois de faire un lien entre les deux événements.

Comment s’organisent les recherches?

Un destroyer de la 7e Flotte américaine, le USS Pinckney, est en route vers la côte sud du Vietnam afin d’aider aux recherches d’un Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu samedi, a annoncé le Pentagone. Le destroyer qui était en manœuvres dans les eaux internationales de Mer de Chine méridionale, pourrait se trouver dans le voisinage de l’avion disparu dans les 24 heures, a précisé le ministère américain de la Défense dans un communiqué. Il transporte deux hélicoptères qui peuvent être équipés de matériel d’aide et de recherches.

Un avion de surveillance P-3C Orion équipé de radars et de matériel de recherches de longue portée est également sur le point de quitter la base aérienne américaine d’Okinawa au Japon. Quoi qu’il soit arrivé à l’avion, Gerry Soejatman, expert en aviation, a souligné que les recherches devaient être conduites le plus rapidement possible, évoquant une fenêtre de 24 heures. «Vous ne pouvez pas supposer qu’il n’y a pas de survivants, et s’il y en a, il est crucial qu’ils soient récupérés en moins d’une journée, ou leur chance de survie se réduit de façon importante», a-t-il déclaré.

La position de l’avion a-t-elle été identifiée?

Le Boeing 777 a perdu le contact samedi avec le contrôle aérien quelque part entre l’est de la Malaisie et le sud du Vietnam, sans avoir envoyé de signal de détresse selon la compagnie. Depuis, les recherches se sont intensifiées et de premières possibles pistes ont été relevées.

 

«Deux de nos avions ont détecté deux traînées de carburant d’une longueur d’environ 15 à 20 km, en parallèle et à environ 500 m l’une de l’autre» en mer de Chine méridionale, a déclaré à la télévision le général Vo Van Tuan, adjoint au chef d’Etat major de l’armée vietnamienne. «Nous ne sommes pas sûrs d’où viennent ces traînées de carburant, nous avons envoyé des navires vietnamiens vers la zone», a-t-il précisé.