Alain Juppé le 23 janvier 2014 à Bordeaux
Alain Juppé le 23 janvier 2014 à Bordeaux — Mehdi Fedouach AFP

MONDE

Ukraine: Face à Poutine qui a «gagné la première manche», Juppé prône une Europe unie et forte

L’ex-Premier ministre estime que cette première manche pourrait être une «victoire à la Pyrrhus»…

Une Europe forte pour prévenir une guerre en Ukraine. Alain Juppé, ancien Premier ministre, a prôné mardi soir une réponse ferme de l’Europe face à «l’invasion» de la Crimée par la Russie.

«Nous voyons bien qu’aujourd’hui, nous revivons un épisode de guerre froide», a lancé à Boulogne-Billancourt celui qui a été à deux reprises ministre des Affaires étrangères, lors d’une réunion publique de soutien au candidat UMP dissident. «Aujourd’hui, Poutine a sans doute gagné la première manche, il a envahi quoiqu’il en dise la Crimée», a continué le maire de Bordeaux, jugeant que face à cette situation, «la France ne peut pas agir seule, elle a besoin que l’Europe soit présente et efficace»

Armes économique et morale


Car «cette première manche pourrait bien être une victoire à la Pyrrhus si nous savons utiliser d’autres armes que la violence et la force». Et Alain Juppé de citer «l’arme économique -la Russie a besoin d’investisseurs, de clients pour son gaz et pétrole»- mais aussi «l’arme morale».

Vladimir Poutine «fait faire à son pays un grand bond en arrière, de quelques décennies», a poursuivi l’ex-Premier ministre. «L’avenir, a-t-il jugé, c’est l’Europe, parce qu’elle reste tellement porteuse en termes de liberté et de démocratie que les peuples descendent dans la rue pour la rejoindre».