Les dernières guerres en Europe ou aux portes de l’Europe

CHRONOLOGIE Une guerre en Crimée signifierait un énième conflit pour la Russie...

Bérénice Dubuc

— 

Mainfestation pro-russe à Sébastopol, en Crimée, le 26 février 2014.
Mainfestation pro-russe à Sébastopol, en Crimée, le 26 février 2014. — Capture d'écran Googlemap

Inquiète du possible éclatement d’un nouveau conflit aux portes de l’Europe, la communauté internationale déploie, ce week-end, une intense activité diplomatique pour tenter de dissuader la Russie d'intervenir en Ukraine, alors qu'elle a déjà envoyé des renforts en Crimée. Une guerre dans cette péninsule ukrainienne signifierait un énième conflit pour la Russie. En effet, outre les conflits en ex-Yougoslavie, les dernières guerres majeures en Europe ou à ses portes ont en effet eu lieu sur des territoires de l’ex-URSS.

1991-2001: Guerres de Yougoslavie

Ces conflits, générés par le délitement de l'ancienne République fédérale socialiste de Yougoslavie et les proclamations d’indépendance de ses républiques -Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Monténégro, Serbie (dont Kosovo et Voïvodine)- ont été les plus meurtrières en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (entre 200 et 300.000 morts). 

1991: Guerre de Moldavie

Indépendante depuis aout 1991 et regroupant notamment des communautés roumanophones et russophones, la Moldavie fait face aux velléités séparatistes de l'armée transnistrienne (russophone et soutenue par la Russie). Le conflit se solde par l’indépendance de la Transnistrie, soutenue par la Russie, mais non reconnue par la communauté internationale.

1992-1993: Guerre de sécession d'Abkhazie

Les séparatistes abkhazes déclarent leur indépendance de la Géorgie en 1992, entrant par là même en conflit avec l'armée géorgienne. Face à l'armée fédérale russe, qui soutient les séparatistes, les Géorgiens sont contraints de se retirer du territoire abkhaze.

1994-1996: Première guerre de Tchétchénie

En 1994, les troupes de la Fédération de Russie déclenchent une offensive militaire contre les séparatistes tchétchènes, qui ont proclamé l’indépendance de la Tchétchénie. Après s’être emparée de toutes les villes tchétchènes, la Russie perd la capitale, Grozny. Elle négocie donc en 1996 un cessez-le-feu accordant notamment une certaine autonomie à la Tchétchénie en échange du retrait des troupes russes.

1998: Guerre d'Abkhazie

Pendant 6 jours en mai 1998, des Géorgiens lancent une insurrection armée contre le gouvernement séparatiste abkhaze. Le président géorgien de l’époque Edouard Chevardnadze réussit à faire approuver un cessez-le-feu par les deux parties le 26 mai.

1999-2000: Deuxième guerre de Tchétchénie

En août-septembre 1999, la Russie connaît une vague d’attentats qu’elle attribue aux indépendantistes tchétchènes. Ces derniers effectuent également au mois de septembre 1999 plusieurs incursions meurtrières au Daguestan voisin. Les troupes fédérales russes interviennent en Tchétchénie et, au début du mois de février 2000, Grozny est reprise. La région est cependant toujours en proie à des violences.

2008: Guerre de Géorgie

En août 2008, les troupes géorgiennes attaquent les séparatistes d'Ossétie du Sud, soutenus par la Russie. Cette dernière réagit, affirmant protéger la population d'Ossétie du Sud, dont la grande majorité possède la nationalité russe. Un cessez-le-feu est signé, et fin août, la Fédération de Russie reconnaît l'indépendance de l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie.