Chine: L’attaque meurtrière dans une gare attribuée aux séparatistes ouïghours

MONDE Les autorités chinoises accusent les séparatistes ouïghours de l’attaque au cours de laquelle 29 personnes ont été tuées au couteau dans une gare de la province du Yunnan (sud-ouest) samedi soir…

avec AFP

— 

Google map de Kunming, en Chine.
Google map de Kunming, en Chine. — 20 MINUTES

Le meurtre de 29 personnes au couteau dans une gare dans le sud-ouest de la Chine samedi soir, qualifiée de «terroriste» par Pékin, a été perpétrée par les séparatistes ouïghours, selon l'agence officielle Chine Nouvelle. Des victimes ont raconté que les attaquants armés de couteaux et vêtus de noir avaient fait irruption dans la gare de Kunming, capitale de la province du Yunnan, poignardant toute personne se trouvant à leur portée.

Selon l'agence officielle Chine Nouvelle, des preuves rassemblées sur le lieu de l'attaque désignent les séparatistes ouïghours, musulmans turcophones qui s'estiment exclus des efforts d'investissements de Pékin dans leur région et entravés dans la pratique de leur religion et de leur culture. Le bilan de l'attaque est pour l'instant de 29 morts et plus de 130 blessés, selon l'agence.

« Violente attaque terroriste »

Le président chinois Xi Jingping a appelé à «redoubler d'efforts» pour mener l'enquête et pour que les attaquants soient punis «conformément à la loi», a indiqué Chine Nouvelle. Selon l'agence chinoise, qui citait les autorités, l'attaque sanglante était «une violente attaque terroriste organisée et préméditée» par des «individus non-identifiés armés de couteaux». La chaîne de télévision publique CCTV a également qualifié l'attaque de «terroriste» sur son compte Twitter.

La police a abattu quatre des assaillants, dont le nombre total n'a pas été précisé, dans la gare et étaient à la poursuite des autres.

« Longs couteaux »

Yang Hanfei, une des victimes, blessé à la poitrine et au dos, a raconté à Chine Nouvelle qu'il était en train d'acheter un billet de train lorsque les agresseurs se sont approchés de lui et qu'il avait tenté de s'échapper dans la foule. «J'ai vu une personne venir droit sur moi avec un long couteau et j'ai pris la fuite avec d'autres personnes», a-t-il ajouté, précisant que plusieurs d'entre elles «étaient tombées sur le sol». Ceux qui ont échappé aux meurtriers tentaient désespérément de retrouver leurs proches qu'ils avaient perdu de vue.

De tels incidents sont rares en Chine, quoique les attaques au couteau et à la bombe contre des responsables locaux se produisent de façon sporadique dans la région du Xinjiang, située dans le nord-ouest de la Chine, et dont les Ouïghours sont la première ethnie.