«Mes ravisseurs m'ont bien traité»

— 

L'Agence France-Presse était toujours sans nouvelles jeudi de son photographe Jaime Razuri, au quatrième jour de son enlèvement par des hommes armés dans la bande de Gaza.
L'Agence France-Presse était toujours sans nouvelles jeudi de son photographe Jaime Razuri, au quatrième jour de son enlèvement par des hommes armés dans la bande de Gaza. — Edison Riofrio AFP/Archives

Le photographe péruvien de l'Agence France-Presse Jaime Razuri a été libéré en bonne santé dimanche à Gaza, sept jours après son enlèvement par des hommes armés dans la ville, selon des journalistes de l'agence.

Jaime Razuri a été libéré dans la soirée et remis aux services de sécurité palestiniens qui l'ont ensuite transporté au siège de la présidence. «Je vais très bien. Mes ravisseurs m'ont bien traité. Ils m'ont donné de la bonne nourriture. Je suis très heureux d'être dehors», ont été ses premiers mots. «Je remercie toutes les personnes qui ont permis ma libération», a-t-il ajouté.

Le photographe avait été capturé le 1er janvier par quatre hommes armés au pied de l'immeuble du bureau de l'AFP à Gaza. Selon des sources sécuritaires palestiniennes, Jaime Razuri, 50 ans, était entre les mains d'un grand clan familial qui le retenait dans un quartier de la ville de Gaza.