Ukraine: Où est passé Viktor Ianoukovitch?

MONDE L’ancien président ukrainien fait l’objet d’un mandat d’arrêt pour «meurtres de masse»…

Audrey Chauvet

— 

Le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch, le 19 février 2014.
Le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch, le 19 février 2014. — EAST NEWS/SIPA

La place Maïdan n’est plus qu’un lointain et mauvais souvenir pour Viktor Ianoukovitch: destitué samedi par le Parlement, l’ancien président ukrainien n’a pas donné de signe de vie depuis son départ de Kiev. Alors qu’il fait maintenant l’objet d’un mandat d’arrêt pour «meurtres de masse», Ianoukovitch reste introuvable et pourrait chercher à se mettre à l’abri de poursuites après la répression sanglante des soulèvements de Kiev la semaine dernière.

Russie, Biélorussie ou régions de l’Est de l’Ukraine

C’est en premier lieu vers l’est du pays que les regards se tournent pour retrouver Viktor Ianoukovitch. Dans cette région russophone, l’ancien président pourrait avoir des soutiens pro-russes. «Il y a encore des régions d’Ukraine, dans l’est et le sud, où même s’il n’est pas apprécié, il pourrait être protégé, estime Philippe Migault, directeur de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques. Il pourrait aussi chercher à gagner la Biélorussie.» L’ancien président aurait été aperçu ce dimanche en Crimée, selon le gouvernement ukrainien. Cette péninsule sur la mer Noire est une région fortement pro-russe. L’ancien président en serait toutefois parti dimanche en voiture, mais on ignore où il s’est ensuite rendu.

Des gardes-frontières de Donetsk, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière russe, ont assuré samedi avoir empêché un avion, avec son bord l’ancien président, de décoller pour la Russie. «Un avion privé, qui devait décoller de l'aéroport de Donetsk, n'avait pas ses autorisations en ordre. Quand les responsables sont arrivés pour vérifier les documents, ils ont été accueillis par des hommes armés qui leur ont proposé de l'argent pour pouvoir décoller sans autorisation», a déclaré à l'AFP le porte-parole des gardes-frontières, précisant que cette offre a été refusée. Des proches de Ianoukovitch ont eux réussi à gagner la Russie, après des affrontements entre leurs gardes du corps et les gardes-frontières.