Ukraine: Revivez les événements du jeudi 20 février 2014 ici

Bertrand de Volontat & Vincent Vantighem

— 

 Un manifestant lors des affrontements avec la police sur la place Maïdan de Kiev (Ukraine), le 19 février 2014.
 Un manifestant lors des affrontements avec la police sur la place Maïdan de Kiev (Ukraine), le 19 février 2014. — Barbaros Kayan/LEJOURNAL/SIPA

 


0h45: Ce live est désormais terminé
Merci de nous avoir suivi, et à demain pour connaître l'issue des négociations avec l'UE.
22h50: Selon BFM-TV, Fabius a quitté la table des négociations tandis que ses homologues polonais et allemand poursuivent le dialogue avec Ianoukovitch.

22h11: Le Canada sanctionne plus durement le régime Ianoukovitch
Le Canada a élargi à d'autres responsables ukrainiens impliqués dans la répression sanglante des manifestations à Kiev son interdiction d'entrée sur son territoire, en vigueur depuis fin janvier. «Nous imposerons également des sanctions économiques au régime Ianoukovitch et à ses partisans», a-t-il indiqué dans un communiqué, sans donner les détails de ces sanctions.
 
21h36: 75 morts à Kiev depuis mardi
Selon le nouveau bilan du ministère ukrainien de la Santé.

21h32: Le point sur les annonces en marge des négociations:
Les ministres des Affaires étrangères français, polonais et allemand sont à Kiev pour négocier une sortie de crise avec le président Ianoukovitch.
- A 19h50, on apprend par le Premier ministre polonais que Ianoukovitch est d'accord pour des élections anticipées dès cette année
- A 20h29, l'opposant Vitali Klitschko annonce que non, il n'y a pas encore d'accord
- Ce que confirme l'entourage de Laurent Fabius peu avant 21h
- A 21h05, le ministre des Affaires étrangères polonais dit à son tour que des progrès ont été réalisés mais que des divergences persistent
- Les trois ministres européens sont repartis en négociations avec Ianoukovitch

21h00: «Il n'y a pas d'accord pour l'instant, les négociations sont très difficiles», explique Laurent Fabius à Kiev

20h44: Il n'y a «pas d'accord» pour le moment
Et les ministres européens sont retournés voir Ianoukovitch, selon l'entourage de Laurent Fabius. A priori, les trois ministres européens des Affaires étrangères passeront la nuit à Kiev et continueront leur mission  de médiation vendredi.


20h40: «Nous n'en sommes pas» à l'accord sur des élections anticipées, temporise Laurent Fabius sur BFM TV
Il semble compliqué de savoir où en sont les négociations. Donald Tusk, le Premier ministre polonais, avait annoncé un peu plus tôt que Ianoukovitch avait donné son accord pour des élections anticipées. Sauf qu'a priori, aucun document final n'est signé.

20h34: «Aucun accord» pour sortir de la crise pour l'instant, selon Vitaly Klitschko

20h30:«Il faut trouver une solution politique à la crise en Ukraine», selon Merkel, Obama et Poutine

19h53: Ianoukovitch d'accord pour des élections anticipées en 2014
Le Premier ministre polonais Donald Tusk a déclaré jeudi que les ministres de l'UE ont obtenu du président ukrainien Victor Ianoukovitch son accord pour des élections présidentielles et parlementaires anticipées en 2014. «Il a été convenu avec Ianoukovitch qu'il est prêt à tenir des élections présidentielles et parlementaires, prêt à créer un gouvernement d'unité nationale dans les dix prochains jours et à changer la constitution d'ici l'été», a déclaré à la presse Donald Tusk.

19h40: Le document négocié à Kiev par les ministres de l'UE donne «un brin d'espoir» selon le Premier ministre polonais Donald Tusk

19h15: Ianoukovitch doit être jugé pour «meurtres massifs», selon Ioula Timochenko

18h14: Il y a un accord de l'UE pour priver de visas et geler les avoirs de ceux qui «sont tâchés de sang»
Les ministres européens des Affaires étrangères sont tombés d'accord pour priver de visas et geler les avoirs de ceux dont les mains «sont tachées de sang» en Ukraine, a annoncé jeudi la chef de la diplomatie italienne, Emma Bonino, à l'issue d'une réunion de crise à Bruxelles. «Nous avons pris la décision, en étroite coordination avec les trois ministres qui négocient à Kiev, de procéder très rapidement, dans les prochaines heures, pour priver de visas et geler les avoirs de ceux qui sont tachés de sang», a dit Emma Bonino en quittant la réunion.

17h13: La Maison Blanche «scandalisée» par les tirs contre les manifestants
«Nous sommes scandalisés par les images de forces de l'ordre ukrainiennes en train de tirer à l'arme automatique contre leurs concitoyens», a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney, en demandant à l'armée ukrainienne «de ne pas s'impliquer dans un conflit qui pourrait être résolu par des moyens politiques».

17h05: Le nouveau bilan fait état de 67 morts
Soxiante-sept manifestants tués dans les violences à Kiev (autorités municipales). «67 cadavres se trouvent déjà au service de médecine judiciaire», a indiqué l'administration municipale en précisant qu'il s'agit de manifestants tués depuis mardi. L'opposition a fait état plus tôt dans la journée de «plus de 60 morts» dans les violences jeudi.


16h34: Ayrault: En Ukraine, le dialogue politique doit reprendre
Le dialogue politique doit «absolument» reprendre en Ukraine et les Européens vont privilégier ce message jeudi à Bruxelles, mais il est également impératif que l'UE parle avec les Russes, a déclaré le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

16h25: La jeune femme annonçant son décès serait vivante
16h04: 67 policiers enlevés par les manifestants
Selon le ministère de l'Intérieur.

16h00: Les trois ministres de l'UE restent à Kiev, en contact avec Bruxelles.
Les trois ministres français, allemand et polonais en visite jeudi à Kiev pour tenter de contribuer à une désescalade de la violence vont y rester plus que prévu, et informeront à distance leurs homologues européens à Bruxelles, ont indiqué des diplomates.Le Français Laurent Fabius, l'Allemand Frank-Walter Steinmeier et le Polonais Radoslaw Sikorski devaient rentrer à Bruxelles en début d'après-midi pour y participer à une réunion d'urgence sur l'Ukraine avec leurs homologues de l'UE. Ils resteront à Kiev «pour le moment», en contact à Bruxelles avec la représentante de la diplomatie de l'UE Catherine Ashton, selon ces sources.

15h37: La Russie envoie un représentant à Kiev pour une médiation à la demande de Ianoukovitch

Nouveau bilan: Plus de 60 civils tués par balle à Kiev
Plus de 60 morts à Kiev, selon les services médicaux de l'opposition, ce jeudi. Les sites de CNN et du Monde annoncent d'ores et déjà 100 morts et 500 blessés (source médicale du centre de Kiev).
15h32: Les policiers ont utilisé des armes à feu en «légitime défense»
Les policiers ont utilisé jeudi à Kiev des armes à feu en «légitime défense» après que des inconnus ont tiré sur les forces de l'ordre dans la matinée, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. «Pour préserver la vie des policiers, il a été décidé de les ramener sur des positions plus sûres et d'utiliser des armes, en légitime défense. Les policiers ont le droit d'utiliser les armes à feu», a déclaré le service de presse des troupes de l'intérieur.

14h55: Une infirmière ukrainienne annonce sa mort dans un dernier tweet (information complète par ici)
«Je meurs». Ce seraient les derniers mots lâchés sur le réseau social Twitter par Olesya Zhukovskaya, une jeune infirmière de 21 ans mortellement atteinte par des tirs de la police cet après-midi alors qu'elle venait en aide aux victimes dans le centre de Kiev. 20 Minutes vérifie cette information à l'heure actuelle. Elle a également posté sur son compte Facebook. Sur les réseaux sociaux, des proches annoncent qu'elle est encore en vie, sous assistance respiratoire.
14h38: Sanctions contre l'Ukraine: Lavrov dénonce comme une «tentative d'intimidation»
Le ministre des Affaires étrangères russe Sergeï Lavrov a dénoncé jeudi les éventuelles sanctions de l'UE contre des responsables des violences en Ukraine comme une «tentative d'intimidation».

14h28: L'Eglise Saint-Michel transformée en hôpital
14h26: Londres condamne «l'intervention inacceptable» contre des manifestants
L'ambassadeur d'Ukraine à Londres Vlodymyr Khandogiy a été convoqué jeudi par le secrétaire d'Etat britannique chargé de l'Europe, David Lidington, qui a condamné «l'intervention inacceptable» contre «les manifestants pacifistes» à Kiev.

14h07: Merkel presse Ianoukovitch d'accepter une aide de l'UE au dialogue avec l'opposition
La chancelière a téléphoné jeudi matin au président ukrainien et lui a «fortement conseillé» d'accepter une offre de l'Union européenne pour «soutenir un dialogue entre le gouvernement et l'opposition» tout en condamnant «avec force l'escalade récente» de la violence, selon le communiqué publié par la chancellerie.
 
13h10: Entre 35 et 50 morts selon les sources
Le journal ukrainien Kyiv Post annonce au moins 35 morts tandis que la coordinatrice des médecins sur la place Maïdan, citée par BFM TV, annonce de son côté au moins 50 morts.
12h59: Le maire de Kiev annonce qu'il quitte le parti au pouvoir.
Le
maire de Kiev indique qu'il quitte le parti au pouvoir après «un bain de sang», rapporte Le Point.

12h58: Lavrov accuse des forces radicales de fomenter une guerre civile
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov accuse des forces radicales de fomenter une guerre civile en Ukraine.

12h56: La police appelle les habitants de Kiev à rester chez eux
Le ministère de l'Intérieur a appelé ce jeudi les habitants de Kiev à ne pas sortir et à ne pas se rendre au centre-ville, théâtre de tirs nourris à balles réelles, où 27 personnes ont été tuées.
«En ce moment, il vaut mieux limiter les déplacements en voitures particulières et ne pas sortir dans la rue. Il y a des gens armés avec des intentions agressives dans les rues de Kiev,» indique le ministère dans un communiqué.

12h40: Une vidéo des snipers
L'agence RT publie une vidéo d'opposants au régime, qu'elle présente comme étant des snipers visant les force de police à Kiev.
 
 
12h23: Pour comprendre la situation à Kiev

 

12h00: La politique étrangère de l'UE, autre victime de la crise ukrainienne
Selon un article du Wall Street Journal, la politique étrangère de l'Union européenne sort affaiblie des violences en Ukraine. Explications.

11h58: 35 morts désormais?
Selon le Kiyv Post, le bilan serait désormais d'au moins 35 manifestants tués dans les violences jeudi dans le centre de la capitale.

11h55: Dupont-Aignan pour un «accord avec la Russie»
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, s'est prononcé jeudi pour un «accord avec la Russie pour gérer l'ensemble des pays intermédiaires entre les deux blocs» et résoudre la crise en Ukraine.

11h38: Au moins 25 manifestants tués dans le centre de Kiev
Au moins 25 manifestants ont été tués dans les violences jeudi dans le centre de Kiev, ont constaté des journalistes de l'AFP. Un journaliste a vu huit cadavres gisant sur le sol devant la poste centrale sur le Maïdan, place centrale de Kiev, et dix autres non loin de là, devant l'hôtel Kozatski. Un autre journaliste de l'AFP a compté sept corps dans le hall de l'hôtel Ukraïna, de l'autre côté de la place.

11h30: A qui la faute?
-Les services de la présidence ukrainienne imputent la reprise des violences à Kiev aux manifestants. «Ils sont passés à l'offensive et fonctionnent en groupes organisés. Ils utilisent des armes à feu, notamment des fusils de snipers. Ils tirent pour tuer», écrivent-ils. Toutefois, d'après l'agence Reuters qui décompte 21 morts, toutes les victimes sont des civils.
-La reprise des violences à Kiev jeudi matin, qui ont fait 25 morts selon l'AFP, est une «provocation délibérée» du pouvoir contre les manifestants pacifiques, ont déclaré les trois leaders de l'opposition dans un communiqué conjoint.


11h22: Laurent Fabius sort du siège de Ianoukovich
11h13: Un reporter de France 2 parle d'accalmie.

11h12: Le siège du gouvernement à Kiev évacué par le personnel
Le siège du gouvernement ukrainien a été évacué jeudi matin à Kiev par le personnel après les nouvelles violences dans le centre-ville, a indiqué à l'AFP une responsable sur place. «Ce matin tous les employés ont quitté les lieux. On a reçu un ordre officiel en ce sens», a indiqué cette responsable sans plus de précisions.
 
10h49: La rencontre entre Ianoukovitch et et les ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais est en cours, selon la présidence ukrainienne.

10h48: Nouveau bilan: Au moins dix-sept manifestants tués par balles à Kiev
Au moins dix-sept manifestants ont été tués jeudi à Kiev, ont constaté des journaliste de l'AFP. Un journaliste a vu dix cadavres gisant sur le sol sur le Maïdan, la place de l'indépendance, au centre de Kiev, devant l'hôtel Kozatski. Un autre journaliste a compté sept corps dans le hall de l'hôtel Ukraïna, de l'autre côté de la place.

10h36:Les ministres européens espèrent rencontrer Ianoukovitch, selon le porte-parole allemand.

10h30: Au moins dix nouveaux manifestants tués
Au moins dix manifestants tués par balles dans le centre de Kiev.

10h27: La Russie ne veut pas d'un pouvoir ukrainien sur lequel «on s'essuie les pieds»
La Russie ne coopèrera en Ukraine qu'avec un pouvoir qui défende «les intérêts de l'Etat et sur lequel on ne s'essuie pas les pieds, a déclaré jeudi le Premier ministre Dmitri Medvedev. Il faut que nos partenaires aient du tonus, que le pouvoir en exercice en Ukraine soit légitime et efficace. Le pouvoir doit se concentrer sur la défense des gens, des forces de l'ordre qui préservent les intérêts de l'Etat».

10h21: «Je suis une Ukrainienne», la vidéo qui fait le buzz depuis dix jours.


10h13: Le bilan serait en hausse
Selon certains médias, le billan augmente à l'hôtel Ukrainia, à 11 morts.

10h08: Tirs nourris à balles réelles dans le centre de Kiev.


10h04: Un hôtel transformé en infirmerie
La réception de l'hôtel Ukraine, immense bâtiment dominant le Maïdan, a été transformée en infirmerie de fortune. Des médecins s'affairaient autour d'une dizaine de blessés, le sol du hall de l'hôtel étant couvert de sang.

09h52: Les ministres européens annulent leur rencontre avec Ianoukovitch à Kiev pour «raison de sécurité»
Les ministres français, allemand et polonais des Affaires étrangères ont annulé leur rencontre avec le président ukrainien Viktor Ianoukovitch, a indiqué à l'AFP une responsable occidentale.
«Il n'y a plus d'endroit sûr dans le centre de Kiev", a indiqué cette source à à l'AFP.

09h46: Le nombre de victimes à Kiev va encore faire débat
Officiellement un mort et une dizaine de victimes. Certraines sources médias parlent de quatre morts et de plusieurs dizaines de blessés. Un photographe de Reuters affirme avoir vu dix corps recouverts de couverture sur la place de l'Indépendance. 

09h30: Barroso parle à Ianoukovitch, demande la «fin immédiate de la violence»
Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, s'est entretenu mercredi au téléphone avec le président ukrainien Viktor Ianoukovitch et lui a demandé de mettre "fin immédiatemment à la violence».

09h27: Nouveau bilan du début de matinée
Au moins un mort et dix blessés dans les nouvelles violences à Kiev. Les scènes en direct. Les victimes ont été atteinte par balles, sans qu'il soit possible de dire s'il s'agissait de balles en caoutchouc ou de munitions réelles.



09h20: Revue de presse française
«Ukraine: le choc est-ouest», résume Le Figaro.«violences et repression s'etendent en ukraine», affirme la croix. «Ukraine l'épreuve de force», renchérit Libération. Le Monde parle lui de sanglante repression en ukraine». «Ukraine: l'Europe diplomatique en echec», assène L'Opinion.

9h11: Ayrault en appelle au retour du «dialogue»
Le dialogue politique doit «absolument» reprendre en Ukraine et les Européens vont privilégier ce message jeudi à Bruxelles, mais il est également impératif que l'UE parle avec les Russes, a déclaré le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. «Il faut absolument que le dialogue politique reprenne», a souligné Jean-Marc Ayrault sur France-Info, en rappelant les déclarations en ce sens de François Hollande et d'Angela Merkel à l'occasion du conseil des ministres franco-allemand, mercredi à Paris.

9h05: L'UE s'apprêterait à prendre des sanctions, selon Fabius
L'Union européenne s'apprête à prendre jeudi des sanctions contre les responsables des violences en Ukraine, a déclaré à Kiev le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, avant d'être reçu par le président Viktor Ianoukovitch.
«Je lui dirai qu'il faut arrêter la violence, qui est évidemment inacceptable, et que nous nous apprêtons cet après-midi à prendre des sanctions contre ceux qui sont responsables de la violence.»
 
9h00: Déjà des blessés dans les deux camps.
Dans leur assaut de ce jeudi matin pour reprendre du terrain, plusieurs manifestants auraient été blessés par des balles en caoutchouc tirées par les policiers qui ont reculé. Ils ont été emmenés par des ambulances (post de 8h23).
De son côté, le ministère de l'Intérieur ukrainien assure qu'un sniper, issu des rangs des manifestants, a pris les policiers pour cible. Il en aurait blessé une vingtaine.

8h53: A Sotchi, les athlètes ukrainiens veulent porter un brassard noir.
Mais le Comité international olympique interdit, dans son règlement, toute prise de décision politique. En revanche, on les autorise à dire ce qu'ils veulent en conférence de presse. Ancien recordman du monde de saut à la perche et chef de la délégation à Sotchi, Sergueï Bubka explique tout ça dans une vidéo postée sur The Guardian (en anglais).

8h33: «Indignée» par la situation à Kiev, une athlète ukrainienne quitte Sotchi
Selon l'agence de presse russe Interfax, la skieuse ukrainienne Bogdana Matsotska a décidé, ce jeudi, de quitter Sotchi où elle se trouvait pour les Jeux olympiques pour protester contre les violences dans son pays. Elle doit rentrer avec son père et coach Oleg Matsotskyy.

8h30: Laurent Fabius avec son homologue allemand?
Selon un internaute, le ministre Français serait en ce moment à l'ambassade d'Allemagne à Kiev.

8h29: Les manifestants se recueillent en mémoire des morts.
Selon Piotr Smolar, journaliste au Monde, les manifestants ont érigé un petit autel sur la place avec les photos des manifestants morts et se recueillent en leur mémoire.

8h26: Les forces de l'ordre commencent à répliquer.
Après avoir tenté de faire respecter la trève, les forces de l'ordre, les fameuses Berkout (forces anti émeute) commencent à répliquer par des tirs de grenades assourdissantes et des jets de gaz lacrymogènes.
 
8h23: La trève ne semble pas respectée.
Les images de la télévision ukrainienne montre une grande tension sur la place Maïdan. Les manifestants ont repris l'ensemble de l'espace aux forces de sécurité qui étaient en place. On voit de nombreuses ambulances se positionner sur place et embarquer des blessés.

8h01: Les manifestants progressent sur la place. Des tirs entendus.
Selon l'envoyée spéciale de BFM TV, les manifestants ont progressé sur la place Maïdan. Ils encerclent à nouveau le monument au centre de la place alors qu'il était jusqu'à présent en possession des forces de sécurité. Des tirs auraient été entendus sur la place.
7h51: Le bilan passe à 28 morts.
Le ministère a précisé dans un communiqué posté sur son site internet que quatre jeunes de moins de 18 ans et deux citoyens étrangers faisaient partie des blessés lors de violences mardi soir dans la capitale ukrainienne.
Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a annoncé une «trêve» avec l'opposition avant l'arrivée à Kiev jeudi de diplomates européens et d'un haut responsable russe.
 7h48: La chaîne Espreso diffuse les événements en direct.
Comme depuis le début de la contestation à Kiev, la chaîne ukrainienne Espreso diffuse les événements en live-feed (direct) depuis son site Internet.


7h43: La frontière entre l'Ukraine et la Pologne serait bloquée.
Selon BFM TV, la frontière avec la Pologne sera actuellement bloquée par des manifestants qui tenter d'ériger des barricades. Mercredi, c'est la ville de Lviv dans l'ouest du pays qui avait été prise d'assaut par les opposants.

7h42: Situation tendue sur la place Maïdan.
Alors que la nuit a été plus calme que la précédente sur la place de l'Indépendance, des bruits de pétards et de cocktails molotov ont été entendus ce jeudi matin.
Toujours vissés à la place, les opposants sont protégés par un mur de flammes qu'ils alimentent en permanence. Ils sont entourés par les Berkout, les policiers anti-émeute qui sont intervenus hier avec violence.
 7h00: Laurent Fabius a atterri à Kiev.
«L'objectif est d'abord d'arrêter les massacres», a commenté à son arrivée le ministre des Affaires étrangères. Il doit rencontrer le président Viktor Ianoukovitch avec ses homologues allemand et polonais avant de reprendre l'avion pour Bruxelles (Belgique) où une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne doit avoir lieu.
2h01: Les USA interdisent de visa 20 dirigeants ukrainiens.
Les Etats-Unis ont interdit de visas environ 20 hauts cadres officiels ukrainiens qu'ils accusent d'être responsables de la répression meurtrière des manifestations de mardi à Kiev, a indiqué mercredi un diplomate américain.
«Aujourd'hui, nous avons pris comme mesure d'interdire de visas quelque 20 membres du gouvernement ukrainien et d'autres individus que nous considérons comme responsables (...) d'abus en matière de droits de l'homme liés à la répression politique en Ukraine», a dit ce responsable américain à quelques journalistes.

La diplomatie après l’insurrection. Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, s’est posé, ce jeudi matin à 7h à Kiev (Ukraine) où il doit rencontrer le président Viktor Ianoukovitch pour tenter de trouver une solution pacifique à la crise. Dans sa tâche, il sera accompagné par des diplomates allemands et polonais. Ensuite, ils doivent tous se rendre à Bruxelles (Belgique) pour une réunion d’urgence alors que le président ukrainien contesté a annoncé une trève après les violences qui ont fait 28 morts dans la nuit de mardi à mercredi, selon un dernier bilan.

La nuit dernière a été plus calme du côté de la place Maïdan (Place de l’Indépendance). Après l’annonce de la trève par Viktor Ianoukovitch, il n’y a pas eu d’affrontements. Mais les manifestants sont toujours vissés à cette place, protégés par un mur de feu qu’ils alimentent en permanence

Le ministère de l'Intérieur a affirmé qu'un sniper a pris des policiers pour cible avant la charge et que vingt policiers ont été blessés, selon un communiqué. De nombreuses ambulances se dirigeaient toutes sirènes hurlantes vers le centre de Kiev.

Plusieurs milliers de personnes sont toujours rassemblées sur le Maïdan, qui se trouve à nouveau intégralement sous le contrôle des manifestants. Sous le feu des critiques internationales et menacé de sanctions, le président Ianoukovitch avait annoncé mercredi soir une« trêve» après les violences qui ont fait 28 morts mardi.