Après la pendaison de Saddam Hussein, un film et des questions

Alexandre Sulzer avec Philippe Berry

— 

Une vidéo pirate : de quoi s’agit-il ?

Une vidéo prise par un téléphone portable d’une durée de deux minutes trente environ et de qualité très médiocre montre l’exécution complète de Saddam Hussein et notamment le visage du dictateur mort.

S’agit-il du seul enregistrement de la pendaison ?

Non, un enregistrement officiel sans son existe. Les images officielles des derniers instants de Saddam Hussein (mais pas la pendaison ni le corps) ont été diffusées très rapidement à la télévision irakienne.

Qui l’a prise ?

Une enquête officielle a été ouverte et une commission mise sur pied pour savoir quel est l’auteur de la vidéo. Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, s’est engagé à punir le coupable. Un suspect a d’ailleurs été arrêté. Il s’agirait d’un garde présent lors de l’exécution qui aurait enfreint les consignes de sécurité. Dans un premier temps, les soupçons s’étaient portés, parmi les vingt témoins de la scène, sur deux hauts dignitaires irakiens.

Où a-t-elle diffusée ?

Selon « Screens », le blog du «New York Times» spécialisé sur la vidéo en ligne, la vidéo serait apparue d’abord sur les sites Little Green Footballs et Live Leak avant d’être publiée sur Google Vidéo. Selon ce blog, YouTube aurait refusé dans un premier temps de la diffuser. Quelques heures après l’exécution, la vidéo était disponible sur de très nombreux sites de partage. Les chaînes panarabes d’information Al-Jazeera et Arabiya l’ont également diffusée le jour même.

Pourquoi est-elle embarrassante pour les autorités ?

Alors que la vidéo officielle, muette, donne l’impression que la pendaison s’est déroulée sobrement, la vidéo pirate dévoile que les bourreaux ont échangé avec le dictateur insultes et quolibets. L’un d’entre eux lance à Saddam Hussein quelques secondes avant sa mort «va en enfer» alors que l’ancien dirigeant insulte les Américains et les Perses.

Plus gênant encore pour les autorités, la bande-son révèle que les témoins scandent le nom du chef radical chiite Moqtada al-Sadr. Ce qui donne l’impression politiquement explosive qu’il s’agit davantage d’une vengeance chiite sur le pouvoir sunnite baasiste que l’exécution d’une décision de justice. Selon le «New York Times», les bourreaux s’expriment dans un dialecte caractéristique d’une province chiite du sud du pays.

Filmer une exécution est-il un acte légal ?

Selon Amnesty International, il n’existe aucune disposition précise en droit international qui interdirait l’enregistrement vidéo d’une exécution capitale. Toutefois, remarque Francis Perrin, porte-parole de l’association, filmer une pendaison est contraire au « respect de la dignité de tout être humain » inscrit dans tous les grands textes internationaux dont la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Pourquoi les sites de partage de vidéos n’ont-ils pas retiré la vidéo pirate ?

Pour Google Vidéo, contacté par 20minutes.fr, «la vidéo est bien signalée comme pouvant choquer » mais elle a été laissée disponible car « pour certains, c'est un moment de l'histoire». «Nous hébergeons aussi des vidéos de la mort de Kennedy», répondent les responsables français de Google.

Sur Dailymotion, la vidéo a été retirée dans un premier temps suite à une plainte d'un internaute. Une « erreur », selon Didier Rappoport, co-fondateur du site. Il justifie ainsi le rétablissement de l’enregistrement sur Dailymotion : «Nous ne sommes pas une télévision. Ce n'est pas de notre ressort d'avoir un traitement éditorial d'un tel événement. Certes la vidéo est violente, mais c'est de l'information».