Le président roumain condamné à une amende pour discrimination contre les Roms

ROUMANIE Le Président a déjà été sanctionné à deux reprises pour propos discriminatoires...

avec AFP

— 

  									Le président roumain, Traian Basescu,le 31 janvier 2014 à Berlin.
Le président roumain, Traian Basescu,le 31 janvier 2014 à Berlin. — Stefan Boness/Ipon/SIPA

Le président roumain Traian Basescu a reçu une amende de 135 euros pour avoir tenu des propos discriminatoires contre les Roms lors d'un voyage en Slovénie, a annoncé lundi le Conseil de lutte contre les discriminations (CNCD). «Ce n'est pas la première fois que le président tient ce genre de propos, c'est pour cela que le Conseil a décidé d'une amende», a indiqué à l'AFP le porte-parole du CNCD, Istvan Haller.

«Des propos à caractère raciste»

Contactée par l'AFP, la présidence n'a pas réagi à cette sanction. Lors d'un voyage en Slovénie en novembre 2010, Traian Basescu avait déclaré publiquement que «très peu de Roms nomades veulent travailler et nombre d'entre eux vivent de ce qu'ils volent». Une trentaine d'associations roumaines de défense des droits de l'Homme avait alors dénoncé «des propos à caractère raciste» constituant «un nouvel episode dans la stigmatisation des Roms par de hauts responsables roumains».

Déjà sanctionné à deux reprises pour propos discriminatoires

Ils avaient rappelé que la très grande majorité des Roms de Roumanie ne sont pas nomades. L'ONG Romani Criss avait saisi le Conseil de lutte contre les discriminations.

Dans un premier temps, celui-ci s'était déclaré incompétent car les déclarations étaient faites en Slovénie. Mais la Haute Cour de justice, saisie par Romani Criss, a ordonné au CNCD de se prononcer. Le président Basescu a déjà été sanctionné à deux reprises pour des propos discriminatoires contre les Roms: en 2007 après avoir traité une journaliste de «sale tsigane» (tsigane étant un terme très péjoratif dans la langue roumaine, NDLR) et en 2011 pour avoir également accusé les Roms de voler.

Les Roumains roms qui sont entre 620.000, selon le recensement officiel et deux millions, selon les ONG, font encore l'objet de nombreuses discriminations en Roumanie comme dans d'autres pays européens.