Les ours ont chaud, Bush s'inquiète

— 

L'administration Bush a proposé mercredi de classer les ours polaires se trouvant en Alaska parmi les espèces menacées. Elle reconnait ainsi pour la première fois le réchauffement climatique comme un facteur pouvant entraîner à terme la disparition d'une espèce.

Mais, la proposition du Département de l'Intérieur ne devrait aboutir à une décision formelle qu'au terme de plusieurs mois de consultations publiques.

Le nombre d'ours polaires dans le monde est estimé à entre 20.000 et 25.000, dont 15.000 vivraient au Canada et 4.700 en Alaska. Depuis plusieurs années des associations écologistes mettent en garde contre un risque que le réchauffement climatique conduise à la disparition de l'espèce.

Les températures en hausse font fondre la banquise de plus en plus tôt, diminuant d'autant le terrain et la saison de chasse des ours polaires. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) souligne qu'avec une chasse réduite, ces plantigrades ont moins de temps pour se constituer des réserves de graisse, ont faim, et leurs capacités reproductives sont diminuées.