Visite de Hollande à Obama: Les dessous du protocole

ETATS-UNIS Des cartons d'invitations au plan de table...

M.P.

— 

Barack et Michelle Obama saluent François Hollande et Valérie Trierweiler, à Johannesburg en Afrique du Sud, en marge de la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela, le 10 décembre 2013.
Barack et Michelle Obama saluent François Hollande et Valérie Trierweiler, à Johannesburg en Afrique du Sud, en marge de la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela, le 10 décembre 2013. — E. JYANE / AFP

Pour la visite d'Etat de François Hollande aux Etats-Unis, il y a la partie officielle: honneurs militaires, tribune commune avec Obama publiée lundi matin, vol dans Air Force One, etc. Et il y a les réflexions en amont, sur des détails qui n’en sont pas quand le protocole a valeur de symbole. Ainsi, le New York Times de samedi explique que la Maison Blanche a dû détruire 300 cartons d’invitations pour le dîner de gala de mardi soir, puisque sur la première version figurait le nom de Valérie Trierweiler. Il semblerait que pendant un moment, toujours d’après le New York Times, les services de la Maison-Blanche se sont demandé si François Hollande allait, ou non, venir accompagné de sa nouvelle compagne, Julie Gayet.

Michelle Obama privée d'école

Quand il est apparu qu’au final, François Hollande viendrait en célibataire, d’autres réflexions ont donné des sueurs froides aux services du protocole déjà stressés par le fait qu’il s’agit du premier dîner d’Etat en deux ans, et que l’hôte est français, et donc censé être exigeant sur la cuisine. Mais il a fallu se poser d’autres questions: «Qui devrait être assis à côté du président, là où Mme Trierweiler aurait été placée? Est-ce que les divertissements prévus seraient appropriés? Devrait-on danser, si l'invité d'honneur au statut romantique compliqué n'a personne avec qui danser?», liste le New York Times.

Et pour Michelle Obama, cette visite s’annonce un peu moins chargée que d’autres visites d’Etat. En effet, faute de première dame française, le thé ou café entre les deux premières femmes n’aura pas lieu. Et Michelle Obama n’aura personne pour l’accompagner dans sa traditionnelle visite d’une école, organisée avec les «épouses de».