Dixième mort de la grippe aviaire en Egypte

C. L. Avec AFP

— 

Un ornithologue tunisien a demandé vendredi à l'Europe de collaborer à la mise en place d'un système de surveillance avancée sur la grippe aviaire en Tunisie et au Maroc, passages obligés de milliers d'oiseaux migrateurs actuellement de retour vers l'Europe.
Un ornithologue tunisien a demandé vendredi à l'Europe de collaborer à la mise en place d'un système de surveillance avancée sur la grippe aviaire en Tunisie et au Maroc, passages obligés de milliers d'oiseaux migrateurs actuellement de retour vers l'Europe. — Fethi Belaid AFP/Archives

Un Egyptien de 26 ans est décédé mercredi des suites de la grippe aviaire due au virus H5N1, portant à dix le nombre de personnes mortes après avoir contracté ce virus en Egypte, a annoncé le ministère égyptien de la Santé.

Reda Abdel Halim Farid est originaire de Zifta, dans le delta du Nil, où deux autres personnes sont déjà décédées après avoir été contaminées par ce virus H5N1 hautement pathogène.

Dans un premier temps hospitalisé à Zifta, il a ensuite été conduit dans un établissement du Caire, où des examens ont démontré que le traitement par Tamiflu n'avait pas permis de le débarrasser du virus, a précisé dans un communiqué le ministère de la Santé, cité par l'agence de presse Mena.

L'entourage de la victime a fait l'objet d'un contrôle médical qui a conclu que tous étaient en bonne santé, précise-t-on de même source. Samedi, une adolescente de 15 ans contaminée par le virus H5N1 était décédée en Egypte.

L'Egypte, Etat arabe le plus peuplé, est le troisième pays le plus touché par le virus H5N1 dans le monde après l'Indonésie et la Chine, selon le docteur David Nabarro, coordinateur de l'ONU pour la lutte contre ce fléau.

Le virus a été signalé pour la première fois chez des oiseaux en Egypte, lieu de passage des oiseaux migrateurs, en février 2006 et le premier cas humain annoncé le 18 mars.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 150 personnes sont mortes du virus H5N1 dans le monde depuis 2003, essentiellement en Asie. Les experts craignent toujours une mutation du virus qui le rendrait contagieux entre humains, risquant de provoquer une pandémie mondiale.

.../... Plus d'infos à venir sur 20minutes.fr