VIDEO. «Que l'UE aille se faire foutre»: Pas de commentaire de l'Union européenne après les propos de la diplomate américaine

POLEMIQUE Dans une conversation, qui semble avoir été enregistrée à l'insu des protagonistes, la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe, Victoria Nuland, lance à son interlocuteur: «Que l'UE aille se faire foutre»...

B.D. avec AFP

— 

L'Union européenne a refusé vendredi de commenter les propos très peu diplomatiques à son encontre prononcés par la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe, Victoria Nuland.
L'Union européenne a refusé vendredi de commenter les propos très peu diplomatiques à son encontre prononcés par la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe, Victoria Nuland. — Mykhaylo Markiv Service de presse de la présidence ukrainienne

L'Union européenne a refusé ce vendredi de commenter les propos très peu diplomatiques à son encontre prononcés par la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe, Victoria Nuland.

«Nous ne commentons pas des fuites de conversations téléphoniques supposées», a indiqué la porte-parole de la chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton. «L'UE est engagée à aider le peuple ukrainien durant l'actuelle crise politique», a-t-elle ajouté en refusant tout autre commentaire.

Excuses

Victoria Nuland, a présenté jeudi ses excuses auprès de l'Union européenne après avoir tenu des propos acerbes envers l'UE sur la crise ukrainienne. Dans une bande-son d'une conversation téléphonique mise en ligne sur YouTube jeudi, on entend la plus haute diplomate du département d'Etat pour le continent européen lancer à son interlocuteur: «Que l'UE aille se faire foutre.»

Victoria Nuland, dont la voix est très clairement identifiable, s'entretient avec un homme qui est très certainement l'ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine, Geoffrey Pyatt. Les deux diplomates parlent pendant quatre minutes de la manière de régler la situation politique dans ce pays. La conversation, qui semble avoir été enregistrée à l'insu des protagonistes, et qui a été diffusée sur YouTube avant d'être très largement relayée sur Twitter, n'est pas datée et il n'était pas possible de l'authentifier de manière certaine.

La porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki n'a pas démenti la réalité de cet appel téléphonique, mais elle a refusé d'en dire plus sur une «conversation diplomatique privée». Elle a mis en cause les autorités russes pour avoir fait de la publicité autour de cette affaire, en relayant la bande-son sur Twitter. Elle a estimé que les méthodes de la Russie étaient «tombées bien bas».