Inde: Le tigre mangeur d'hommes fait une neuvième victime

MONDE Le gouvernement de l'Uttar Pradesh a embauché récemment six chasseurs pour capturer ou tuer le tigre qui terrorise la population locale depuis le 29 décembre...

B.D. avec AFP

— 

Des gardes forestiers cherchent la piste d'un tigre mangeur d'hommes près de Barahpur, le 1er février 2014 dans le nord de l'Inde
Des gardes forestiers cherchent la piste d'un tigre mangeur d'hommes près de Barahpur, le 1er février 2014 dans le nord de l'Inde — PRAKASH SINGH AFP

Un tigre a tué une neuvième personne dans le nord de l'Inde, échappant aux chasseurs lancés à ses traces depuis plusieurs semaines, a annoncé ce vendredi un responsable local.

Depuis le 29 décembre, ce tigre est soupçonné d'avoir tué ces personnes dans une forêt touffue proche du Jim Corbett National Park, dans l'Etat de l'Uttar Pradesh. Salil Shukla, un responsable du district de Bijnor, a indiqué que le corps partiellement dévoré d'un jeune paysan avait été retrouvé ce vendredi. «La victime avait disparu depuis jeudi, elle était allée dans la jungle pour retrouver son bétail», a-t-il dit. «Il s'agit de la neuvième victime du mangeur d'hommes.»

La seule solution responsable, le tuer

Le gouvernement de l'Uttar Pradesh a embauché récemment six chasseurs pour capturer ou tuer le tigre qui terrorise la population locale. L'Inde abrite la moitié des 3.000 tigres recensés dans le monde, une population en recul. Même si les attaques sont rares, la perte de leur habitat naturel peut amener l'animal et l'homme à vivre à proximité. Même les défenseurs de l'environnement reconnaissent qu'un tigre qui a goûté à la chair humaine peut difficilement être réintégré dans son milieu et que la seule solution responsable est de le tuer.

Quelque 200 tigres vivraient dans ce parc naturel mais les habitants estiment qu'il s'agit de la première attaque contre des hommes. Pour traquer leur proie, les chasseurs utilisent des pièges ou des appâts comme une chèvre. Des gardes forestiers parcourent la forêt à dos d'éléphant, armés de pistolets à tranquillisants. Les villageois du district sont inquiets. «Pour la première fois, nous réalisons que nous vivons près de tant de tigres», déclare Anand Saini, 26 ans, dont le frère Devendra est la dernière victime de l'animal. «Les enfants du village sont priés de ne pas s'aventurer trop loin, surtout le matin et après le coucher du soleil», ajoute-t-il.