Le Pakistan veut miner sa frontière

— 

Au moins 35 soldats pakistanais ont été tués mercredi lors d'une attaque suicide contre un centre de recrutement de l'armée du nord-ouest du pays, une semaine après un raid militaire contre une école coranique voisine qui avait fait quelque 80 morts.
Au moins 35 soldats pakistanais ont été tués mercredi lors d'une attaque suicide contre un centre de recrutement de l'armée du nord-ouest du pays, une semaine après un raid militaire contre une école coranique voisine qui avait fait quelque 80 morts. — Str AFP/Archives

Le Pakistan va ériger une clôture à sa frontière avec l'Afghanistan et installer des champs de mines, a anoncé mardi le secrétaire aux Affaires étrangères Riaz Mohammad Khan. But de l'opération: empêcher les infiltrations de rebelles.

«Il a été demandé à l'armée pakistanaise de définir les modalités d'installation d'une clôture et de minage sélectifs de la frontière», a-t-il précisé. «Ces mesures viendront en complément de mesures déjà appliquées pour empêcher les activités en Afghanistan de rebelles depuis le Pakistan», a ajouté le diplomate.

L'Afghanistan a accusé à plusieurs reprises le Pakistan d'abriter les talibans et le président afghan Hamid karzai avait récemment estimé que les violences commises dans son pays par des «terroristes venus» du Pakistan étaient un «obstacle majeur» aux relations bilatérales.

Des talibans et des membres du réseau terroriste Al-Qaida ont trouvé refuge dans les zones tribales du Pakistan, une zone montagneuse frontalière de l'Afghanistan qui échappe en partie au contrôle d'Islamabad, selon de nombreux experts occidentaux.

L'Afghanistan a été le théâtre cette année, avec près de 4.000 morts dont un millier de civils, des violences les plus sanglantes depuis la chute du régime des talibans sous les bombes américaines fin 2001.