Un mégacoït pour ébranler la planète

Sandrine Cochard

— 

 
  —

«Faites l’amour, pas la guerre». Le slogan date un poil mais le Global Orgasm Day espère bien le remettre au goût du jour. Destiné à promouvoir l’amour et le sexe comme «moyen de changer la face du monde», cet événement aura lieu vendredi.
Donna Sheehan et Paul Reffel, deux militants pacifistes à l’initiative du Global Orgasm, affirment qu’une grande partie de la violence dans le monde actuel est liée à l’insatisfaction sexuelle. Ils sont donc persuadés que des millions de pensées positives au même moment pourraient modifier «le champ d’énergie de la Terre».
Tous les hommes et femmes de la planète sont donc invités à ce marathon mondial de l’orgasme, «particulièrement dans les pays où se trouvent des armes de destruction massive», dixit le site. Apparemment, leur démarche est aussi scientifique puisqu’elle peut être mesurée, comme l’affirme le Global Consciousness project ou GCP. Un précédent : la mort de Diana, ou les JO.

La blogosphère en émoi

Face à la naïveté désarmante du message, certains ironisent : «C’est tellement idiot, inefficace et injustifié que cela doit venir de la gauche : c’est l’orgasme global pour la paix ! Nous devrions tous avoir un orgasme le 22 décembre et, si si, nous stopperons la guerre ! Si on n’obtient pas l’attention du monde en faisant du bruit avec une casserole, il est temps de passer à des mesures drastiques… comme un orgasme synchronisé !» se moque ainsi Matt Bors sur son blog.

D’autres, des pacifistes chevronnés sans doute, sont prêts à rendre service : «Si vous vous sentez l'âme solidaire, dépêchez-vous de trouver un(e) partenaire pour le vendredi dans trois semaines! En ce qui me concerne, autant continuer sur un élan de solidarité, je suis prêt à dépanner une âme esseulée,» propose ainsi un genevois acquis à la cause.
El pintel, qui réagit sur le blog Queenofclay pâtamodeleuse pense quant à lui avoir trouver le juste argument : «Global Orgasm Day = GOD. Y a de quoi convertir les athées non ?»

Pas forcément croyant mais manifestement pratiquant, Sex drive daily «ne peut vous dire qu'une chose : ça ne peut pas faire de mal. Même si je fête Noël chez mes parents, je suis sûr de pouvoir me libérer quelques instants pour participer à cet effort.» Et vous?

(Photo extraite du film Shortbus, distribution Bac Films)