Afghanistan: 2 membres de l'équipe d'un candidat à la présidentielle assassinés

© 2014 AFP

— 

To go with Afghanistan-unrest-politics-election,ADVANCER by Ben SHEPPARD Deux membres de l'équipe de campagne d'Abdullah Abdullah, candidat à l'élection présidentielle afghane, ont été assassinés samedi soir à Hérat (ouest) à la veille du lancement officiel de la campagne électorale, a indiqué le porte-parole du candidat.
To go with Afghanistan-unrest-politics-election,ADVANCER by Ben SHEPPARD Deux membres de l'équipe de campagne d'Abdullah Abdullah, candidat à l'élection présidentielle afghane, ont été assassinés samedi soir à Hérat (ouest) à la veille du lancement officiel de la campagne électorale, a indiqué le porte-parole du candidat. — Johannes Eisele AFP

Deux membres de l'équipe de campagne d'Abdullah Abdullah, candidat à l'élection présidentielle afghane, ont été assassinés samedi soir à Hérat (ouest) à la veille du lancement officiel de la campagne électorale, a indiqué le porte-parole du candidat.

«Des hommes armés ont tué le Dr Hamdard, qui était le chef de notre équipe de campagne à Hérat, de même qu'un autre membre de l'équipe», a déclaré à l'AFP le porte-parole de M. Abdullah, Sayed Fazel Sangcharaki.

Un porte-parole de la police de la province de Hérat, Abdul Rauf Ahmadi, a confirmé que deux hommes, nommés Ahmad Hamdard et Shujahideen, avaient été «tués dans le 4e district de la ville ce soir». «Des hommes armés ont ouvert le feu sur eux en plein milieu de la rue», a-t-il déclaré.

«Nous condamnons cette attaque», a dit le porte-parole du candidat. «Les forces de sécurité avaient promis d'assurer notre sécurité», a-t-il ajouté. «Ce qui vient de se passer, au début même de la campagne électorale, est un mauvais signe».

L'attaque n'avait pas été revendiquée samedi en milieu de soirée. Elle intervient à la veille du lancement de la campagne électorale. Onze candidats sont en lice pour briguer la succession du président Hamid Karzaï, à qui la constitution interdit de briguer un troisième mandat

M. Abdullah était, après une campagne réussie, arrivé en deuxième position au premier tour de l'élection présidentielle de 2009, avec plus de 30% des voix. Il s'était retiré du second tour après avoir dénoncé, comme nombre d'observateurs, des fraudes massives, entraînant de facto la réélection de M. Karzaï.