Pourquoi Amanda Knox pourrait échapper à la prison malgré sa condamnation

JUSTICE Son extradition des Etats-Unis vers l'Italie, si elle était demandée, serait loin d'être acquise...

P.B. avec AFP
— 
Amanda Knox, le 5 janvier 2013, sur le plateau de l'émission Good Morning America.
Amanda Knox, le 5 janvier 2013, sur le plateau de l'émission Good Morning America. — MEDIAPUNCH/REX FEATURES/SIPA

Les relations italo-américaines pourraient bien se compliquer. Après un verdict «coupable» en 2009, puis «non coupable» en appel en 2011, l'Américaine Amanda Knox a été condamnée par la justice italienne, jeudi, à 28 ans de prison pour le meurtre de Meredith Kercher, sa colocataire britannique. Son ex-petit ami italien, Raffaele Sollecito, a lui aussi été reconnu coupable. Mais si le jeune-homme se trouve en Italie, Knox, elle, est entre temps rentrée à Seattle. Et pourrait bien échapper à l'extradition. Explications.

On n'en est pas encore à l'extradition

Depuis sa ville natale de Seattle, Knox s'est dite «effrayée et attristée» par ce verdict qu'elle juge «injuste». Ses avocats ont déjà annoncé qu'ils avaient l'intention de faire appel devant la Cour suprême de cassation, la plus haute instance judiciaire italienne. Dans la pratique, 90 jours vont sans doute s'écouler avant qu'ils aient accès à la décision détaillée, puis la procédure d'appel devrait durer environ une année. Selon le consensus des experts, il est probable que le verdict soit confirmé, à moins d'un nouveau rebondissement.

La balle se trouvera ensuite dans le camp de l'Italie

L'Italie a de bonnes relations avec les Etats-Unis, et il n'est pas garanti que Rome dépose une demande d'extradition. Tout dépendra de la pression populaire et médiatique et d'un calcul politique.

Les droits américain et italien s'opposent

Si Rome demande l'extradition, Washington, malgré l'existence d'un traité, n'est pas obligé de l'accepter. Les experts américains sont divisés sur la question du «double jeopardy»: aux Etats-Unis, on ne peut pas être jugé deux fois pour le même crime. «Elle a été jugée puis acquittée» en appel avant d'être condamnée à nouveau. «Selon le traité, l'extradition devrait être refusée», a estimé sur CNN Sean Casey, un ancien procureur américain. «Si cette décision est confirmée, je pense qu'elle sera extradée, je ne vois pas comment nous pourrions renâcler», estime en revanche le professeur de droit Alan Dershowitz, interrogé par l'AFP. Son point de vue, c'est qu'il ne s'agissait pas d'un nouveau procès mais d'un nouvel épisode du premier. Et selon le professeur en droit international Julian Ku, la notion de «double jeopardy» ne s'applique pas ici, car Knox n'a pas été jugée aux Etats-Unis. Selon lui, le traité d'extradition prime.

John Kerry aura le dernier mot

Au-delà de la question du «double jeopardy», le secrétaire d'Etat pourrait refuser l'extradition pour d'autres raisons. «Ils peuvent dire que le procès ne s'appuyait pas sur des critères solides de justice» mais il faudrait «des éléments vraiment forts pour bloquer une extradition», estime Alan Dershowitz. La décision sera longuement pesée: Rome riposterait sans doute avec la prochaine demande d'extradition américaine en cas de refus.