Italie: L'Américaine Amanda Knox condamnée à 28 ans de prison

JUSTICE L'ex-étudiante et son ex-petit ami italien, Raffaele Sollecito, ont été reconnus coupables du meurtre en 2007 de la colocataire britannique de Knox, Meredith Kercher...

Bérénice Dubuc

— 

Amanda Knox lors de son procès en appel, à Pérouse, en Italie, le 27 septembre 2011.
Amanda Knox lors de son procès en appel, à Pérouse, en Italie, le 27 septembre 2011. —

Un énième verdict après six années de procédure. La cour d'appel de Florence a reconnu ce jeudi, en son absence, Amanda Knox coupable du meurtre de Meredith Kercher, sa colocataire britannique. L'Américaine a été condamnée à 28 ans et six mois de prison, et son ex-petit ami italien, Raffaele Sollecito, lui aussi reconnu coupable, à 25 ans d'emprisonnement. Un verdict qui vient clôturer une saga judiciaire qui tient le monde en haleine depuis 2007. En attendant un probable nouveau pourvoi en cassation.

«Nous ferons recours, Amanda est innocente»

«Cela a été un gros choc, nous ferons recours, Amanda est innocente», a commenté à chaud l'un de ses avocats, Luciano Virga. Sollecito a comparu pendant tout le procès et s'est même présenté jeudi matin devant la Cour mais dans l'après-midi, un de ses avocats a fait savoir qu'il ne serait pas présent au moment du verdict.

Sa condamnation qui, comme celle de Knox, n'est pas définitive tant que tous les recours n'ont pas été épuisés, est assortie d'une interdiction de quitter le territoire italien. Son avocate, Giulia Bongiorno, a annoncé d'ores et déjà un pourvoi en Cassation. «L'amertume vient du fait que les délais s'allongent encore mais nous finirons par démontrer la vérité», a-t-elle dit à la presse.

En novembre 2007, Amanda Knox est en échange universitaire à Pérouse, où elle partage un appartement avec deux Italiennes et Meredith Kercher, une étudiante britannique de 21 ans en Erasmus dans cette ville universitaire du centre de l'Italie. Dans la nuit du 1er au 2 novembre, Meredith Kercher est retrouvée morte, à demi-nue et dans une mare de sang, dans leur appartement. L'autopsie démontre que la jeune femme a été violée et que son corps a été frappé de 47 coups de couteau. Amanda et son petit ami, Raffaele Sollecito, sont arrêtés quatre jours plus tard.

Une orgie qui a mal tourné

Lors de sa garde à vue, en italien, sans interprète ni avocat, Amanda avoue qu'elle était présente dans l'appartement le soir du crime, et accuse le patron du bar dans lequel elle travaille, Patrick Dya Lumumba, d'avoir été présent. Le lendemain, elle se rétracte, affirmant que ses aveux lui ont été arrachés sous la contrainte, et maintient qu’elle a passé la soirée et la nuit chez Raffaele pour ne rentrer chez elle qu'au petit matin. Le patron du bar est rapidement innocenté, mais un troisième suspect est débusqué par les enquêteurs italiens: l’ADN et les empreintes de Rudy Guede, un petit dealer, sont retrouvés sur la scène du crime. Quelques mois plus tard, il est condamné pour le meurtre et le viol de Meredith. Cependant, il affirme qu’Amanda Knox et Raffaele Sollecito étaient dans l’appartement avec lui le soir de la mort de Meredith Kercher, et qu’ils se sont livrés à une orgie qui a mal tourné.

Le premier procès d’Amanda Knox s’ouvre en 2009. Lors des audiences, le comportement de la jeune Américaine est scruté: les médias du monde entier se sont emparés des photos d’elle laissées sur Internet, qui mettent à mal son image d’étudiante américaine sérieuse pour laisser la place à celle de «Foxy Knoxy» (Sexy Knox), jeune femme à l’activité sexuelle débridée qui ne pense qu’à s’amuser. Son attitude, très froide, ainsi que ses réactions et choix vestimentaires parfois inappropriés ne font que la desservir un peu plus. Son procès s’achève avec sa condamnation à une peine de 26 ans de prison, alors que Raffaele Sollecito en écope de 25.

Le début d'une «vie de fugitive»

En octobre 2011, la condamnation est annulée en appel. Après quatre ans derrière les barreaux, Amanda Knox est innocentée du meurtre de Meredith, et elle peut rentrer aux Etats-Unis. Elle quitte l’Italie dès son acquittement et retourne dans sa ville natale de Seattle, où elle étudie. Dès lors, l’image de femme sans cœur s’atténue dans les médias: Amanda Knox passe à la télévision pour clamer son innocence… et présenter son livre Waiting to be Heard (En attendant d'être entendue).

Mais, en mars 2013, le jugement d’appel est annulé par la Cour de cassation, qui y relève «de multiples contradictions et des incohérences manifestes». Un troisième procès s'ouvre, en l'absence d’Amanda, protégée contre l’extradition par la loi américaine. La jeune femme, qui craint d'être «condamnée à tort» si elle revient en Italie, adresse un mail aux membres de la Cour de Florence, dans lequel elle martèle: «Je ne suis pas un monstre.» Le 26 novembre, le procureur requiert à son encontre une peine de 30 ans de réclusion, et de 26 contre Raffaele Sollecito. Ce dernier, désormais âgé de 29 ans, s'est en revanche présenté au tribunal et était là lors du verdict.

Après la décision ce jeudi de la cour d'appel de Florence, il est peu probable qu’Amanda Knox soit extradée des Etats-Unis. Même si pour elle, cela signifie entamer «une vie de fugitive», une perspective qui lui fait «peur».