Angry Birds dément être un mouchard de la NSA

ESPIONNAGE Le New York Times avait accusé des applications pour smartphones de collecter des informations sur leurs utilisateurs...

A.Ch.

— 

Un visuel de «Angry Birds Star Wars 2», qui sort le 19 septembre 2013.
Un visuel de «Angry Birds Star Wars 2», qui sort le 19 septembre 2013. — Rovio entertainment

 Les créateurs de l’application Angry Birds, un jeu pour smartphones comptant plus d’un milliard de téléchargements, ont démenti ce mardi servir de «mouchard» à la NSA au lendemain d’un article paru dans le New York Times accusant certaines applications pour smartphones de recueillir des informations sur leurs utilisateurs.

«La confiance de nos fans est la chose la plus importante pour nous et nous traitons les questions de respect de la vie privée avec le plus grand sérieux. Nous ne partageons aucune donnée, ni ne collaborons, ni n'avons la moindre connivence avec des agences gouvernementales de renseignement», ont écrit les fabricants du jeu, la marque Rovio Entertainment.  Une enquête devrait toutefois être menée pour savoir si des données ont pu fuiter via des annonceurs publicitaires : «Afin de protéger nos utilisateurs, nous allons, au même titre que toutes les autres sociétés qui utilisent des réseaux de publicité tiers, devoir ré-évaluer nos accords avec nos partenaires publicitaires, s'il s'avère qu'ils sont utilisés à des fins d'espionnage», indique Mikael Hed, le PDG de Rovio Entertainment.