Photo illustrant une circoncision pratiquée sur un adulte au Swaziland e2 2008.
 Photo illustrant une circoncision pratiquée sur un adulte au Swaziland e2 2008. — Schalk van Zuydam/AP/SIPA

LEGISLATION

Circoncision: Des associations demandent au Conseil de l'Europe de revoir sa résolution

L'assemblée parlementaire de l'organisation paneuropéenne (APCE) a voté le 1er octobre une résolution classant la «circoncision des jeunes garçons pour des motifs religieux» parmi les «violations de l'intégrité physique des enfants» à combattre...

Des responsables juifs et musulmans ont plaidé ce lundi auprès du secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjorn Jagland, pour que l'assemblée parlementaire de l'organisation paneuropéenne (APCE) adopte une nouvelle résolution sur la circoncision, après un vote controversé le 1er octobre dernier.

Une délégation de responsables juifs et musulmans s'est entretenue au siège du Conseil de l'Europe à Strasbourg avec Thorbjorn Jagland pour demander l'adoption d'un texte qui ne fasse pas l'amalgame entre cette pratique religieuse et des formes de «violations de l'intégrité physique» telles que l'excision, ont rapporté à l'AFP des participants. L'APCE avait voté le 1er octobre une résolution classant la «circoncision des jeunes garçons pour des motifs religieux» parmi les «violations de l'intégrité physique des enfants» à combattre, ce qui avait soulevé un tollé au sein des communautés juives et musulmanes.

Nouveaux débats le 28 janvier

«Nous sommes venus entendre de vive voix la position de M. Jagland sur la question», a indiqué Marc Schneier, un rabbin de New York. La question doit être à nouveau évoquée lors d'une audition de la Commission des questions sociales de l'APCE le 28 janvier, a indiqué le Conseil de l'Europe. Les débats doivent se tenir en présence du rapporteur du texte controversé, la sociale démocrate allemande Marlene Rupprecht, ainsi que de représentants du Conseil européen des rabbins (CER) et du Conseil français du culte musulman (CFCM). Thorbjorn Jagland «nous a assurés que quoi que décidera l'Assemblée parlementaire, aucune résolution (à l'image de celle adoptée le 1er octobre) ne sera jamais acceptée au Conseil de l'Europe», s'est félicité Marc Schneier, qui dirige une association américaine réunissant des responsables juifs et musulmans.

Dès octobre, Thorbjorn Jagland avait déjà pris publiquement ses distances avec cette résolution de l'APCE. L'Association Amitié judéo-musulmane de France (AJMF), qui émane du Consistoire de Paris, du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et de la Grande Mosquée de Paris, participait également à l'entrevue de ce lundi à Strasbourg. Le président de l'AJMF qui regroupe une cinquantaine de rabbins et imams français, le rabbin de l'Essonne Michel Serfaty, a dit espérer «une nouvelle résolution qui s'aligne sur la position du président français François Hollande».

En réaction au tollé soulevé au sein des deux communautés, le président Hollande avait affirmé en novembre qu'il n'était «pas question de remettre en cause un geste symbolique du judaïsme comme d'autres religions». Chez les juifs et les musulmans, la circoncision est en général pratiquée dans la semaine qui suit la naissance.