Un Boeing 787 à la batterie fumante cloué au sol au Japon

AVIATION Pour l'instant, il s'agit pour l'instant d'un incident isolé...

avec AFP

— 

Le nouvel avion 787 Dreamliner de l'américain Boeing a effectué mercredi son premier vol commercial, entre Tokyo et Hong Kong, avec à son bord 252 personnes dont des passagers ayant payé leur billet plusieurs milliers de dollars pour cette première.
Le nouvel avion 787 Dreamliner de l'américain Boeing a effectué mercredi son premier vol commercial, entre Tokyo et Hong Kong, avec à son bord 252 personnes dont des passagers ayant payé leur billet plusieurs milliers de dollars pour cette première. — Kazuhiro Nogi afp.com

Presque un an jour pour jour après plusieurs incidents, les batteries du Boeing 787 refont parler d'elles. Mardi, un appareil était cloué au sol à l'aéroport de Narita à Tokyo, après la découverte d'un dégagement de fumée lors d'un contrôle de routine avant le décollage mardi, a-t-on appris mercredi auprès de la compagnie exploitante Japan Airlines (JAL).

Boeing avait fait état mardi d'un incident à bord de cet avion qui devait s'envoler pour Bangkok. Un porte-parole de l'avionneur américain avait évoqué un problème «de ventilation d'une seule cellule de batterie», sans confirmer alors spécifiquement l'émission de fumée.

Un porte-parole de JAL a expliqué mercredi à l'AFP qu'un agent de maintenance avait relevé avant le décollage un voyant indiquant un problème dans le système de batterie, ainsi que de la «fumée blanche» sortant de l'appareil. Une inspection plus poussée a montré que du liquide s'était échappé d'une cellule d'une batterie pour fuir dans son caisson, a-t-il précisé.

Les passagers et l'équipage n'étaient pas encore montés à bord. Ils ont rejoint Bangkok à bord d'un autre 787, tandis que l'appareil touché par l'incident était cloué au sol.

Interdit de vol pendant trois mois

Le 787 surnommé «Dreamliner», dernier-né de Boeing, a accumulé les incidents depuis son lancement fin 2011. Les plus sérieux étaient justement liés à des surchauffes de batteries lithium-ion, intervenues il y a un an quasiment jour pour jour sur un avion de JAL à l'aéroport de Boston et sur un appareil de l'autre grande compagnie nipponne, ANA, lors d'un vol au Japon.

Ces incidents avaient poussé les autorités aériennes à interdire le 787 de voler pendant trois mois. Boeing avait alors procédé à un changement de la conception des batteries, de leur chargeur et du dispositif de protection les entourant afin d'empêcher tout départ de feu, et les autorités avaient ensuite de nouveau autorisé les vols du «Dreamliner».

«Les améliorations faites sur le système de batterie du 787 l'an dernier semblent avoir fonctionné comme prévu» lors de l'incident de Narita, a assuré mardi un porte-parole de Boeing, Marc Birtel.

Le porte-parole de JAL, Norihisa Hanyu, a souligné pour sa part que la compagnie était déterminée à «poursuivre les vols réguliers» avec des 787. «Nous nous assurons que chaque avion est sûr avant son départ», a-t-il ajouté.