Mystère à Prague: Comment est mort l'ambassadeur palestinien?

ENQUETE Les services de police tchèques poursuivaient leur enquête ce jeudi...

Avec AFP

— 

Secours au domicile de l'ambassadeur palestinien à Prague, mort dans une explosion le 1er janvier 2014.
Secours au domicile de l'ambassadeur palestinien à Prague, mort dans une explosion le 1er janvier 2014. — MICHAL CIZEK / AFP

Mystère à Prague. Enquêteurs tchèques et experts palestiniens poursuivaient ce jeudi leurs investigations pour tenter d'éclaircir les circonstances de l’explosion qui a tué mercredi l'ambassadeur de l'Autorité palestinienne à Prague.

Jamal al-Jamal est décédé alors qu'il manipulait un coffre-fort dans son appartement.

Des armes à son domicile

Mais selon la police, ce dernier possédait chez lui des armes. «Je ne peux pas dire précisément quelles armes nous avons trouvées. Nous pouvons dire qu'elles n'ont pas été enregistrées en République tchèque», a affirmé le chef de la police Martin Vondrasek.

Il n’en demeure pas moins que l’ambassadeur de l’Autorité palestinienne est décédé dans une explosion survenue à son domicile et « probablement causée par un système explosif placé sur la porte du coffre-fort », selon les enquêteurs qui considèrent qu’ « Une manipulation imprudente n'est pas à exclure ».

Le porte-parole de l'ambassade, Nabil al-Fahel, n'a pas confirmé cette version.

«Selon nos informations, on peut supposer qu'il n'y avait pas de système anti-vol. Le coffre-fort était assez ancien, il avait été acheté au milieu des années 1980 et, selon nos informations, il n'était pas équipé d'un système anti-vol intégré», a-t-il déclaré.

Pas de preuve d'un acte terroriste

Jamal al-Jamal, nouvel ambassadeur de l’Autorité palestinienne en République tchèque, a subi des blessures mortelles, notamment à la tête et à la poitrine, lors de cette déflagration qui s'est produite, semble-t-il, alors qu'il ouvrait un coffre-fort dans sa résidence nouvellement construite dans le quartier de Prague-Suchdol, au nord-ouest de la capitale tchèque.

L'épouse et le fils de l'ambassadeur se trouvaient dans l'appartement au moment de l'explosion.

La police tchèque travaille avec une équipe spéciale palestinienne qui est arrivée à Prague mercredi.

Selon le chef de la police tchèque, Martin Cervicek, il n'y a pas d'indice que l'explosion ait résulté d'un acte terroriste.

Un «diplomate exemplaire»

«Je ne vois pas qui aurait pu le faire et dans quel but -- pourquoi les Israéliens commettraient un crime sur le territoire d'un pays qui est un grand partisan d'Israël?», s'est-il interrogé.

«Et une attaque du Hamas ne semble pas non plus réaliste», a-t-il ajouté.

Né en 1957 à Beyrouth au sein d'une famille palestinienne qui s'y était installée après la création de l'Etat d'Israël, Jamal al-Jamal, avait rejoint le Fatah en 1975, puis rejoint la diplomatie palestinienne.

Jamal al-Jamal était un «diplomate exemplaire qui servait son pays», selon le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al-Malki.