Centrafrique: Le Drian à Bangui pour rencontrer des soldats français

CENTRAFRIQUE Le ministre de la Défense est arrivé en fin de matinée...

Avec AFP

— 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui rencontrait jeudi les soldats français basés à Bangui, a écarté le risque d'un enlisement pour la France, près d'un mois après le lancement de l'opération Sangaris qui peine pour le moment à mettre fin aux violences.
Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui rencontrait jeudi les soldats français basés à Bangui, a écarté le risque d'un enlisement pour la France, près d'un mois après le lancement de l'opération Sangaris qui peine pour le moment à mettre fin aux violences. — Boureima Hama AFP

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est arrivé ce jeudi en début de matinée à Bangui où il rencontrera des soldats français basés dans la capitale centrafricaine.

Une visite hors programme

Il se rendra au camp Boali, situé à quelques pas de l'aéroport, qui accueille la force française à Bangui.

Cette visite n'était pas inscrite au programme initial de la tournée africaine du ministre de la Défense, qui s'est déjà rendu au Mali, puis au Niger et au Tchad, notamment dans l'optique du redéploiement des forces françaises au Sahel.

1.600 soldats français ont été déployés dans le cadre de l'opération Sangaris en Centrafrique pour tenter d'enrayer l'engrenage de violences communautaires et interreligieuses à l'oeuvre dans le pays depuis le renversement du président François Bozizé par la Séléka.

Une conférence le 20 janvier

>> A lire notre décryptage Pourquoi la France va-t-elle en Centrafrique?

Début décembre, deux soldats français ont été tués, quelques jours après le début de l'opération, lors d'un accrochage à proximité de l'aéroport.

>> Nos explications à retrouver ici La Centrafrique en proie au chaos

Dans la foulée, Jean-Yves Le Drian s'envolera ce jeudi pour Libreville (Gabon) puis Brazzaville (Congo). Médiateur de la crise centrafricaine, le président du Congo Denis Sassou Nguesso a déployé un contingent de 500 militaires dans le cadre de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), commandée par le général congolais Jean-Marie Michel Mokoko.

Le 20 janvier se tiendra une grande conférence pour la Centrafrique à Bruxelles, après un premier mini-sommet le 7 décembre,«où nous allons, comme nous l'avons fait pour le Mali, mobiliser la communauté internationale, de façon à lever les fonds, pour assurer le financement des opérations humanitaires et développement pour les 12 à 24 mois qui viennent», a rappelé le ministre du Développement Pascal Canfin sur Europe 1 ce jeudi.