Beyrouth: Cinq morts dont un conseiller de Saad Hariri dans un attentat

E.O. avec AFP

— 

Attentat à la voiture piégée à Beyrouth, au Liban, le 27 décembre 2013.
Attentat à la voiture piégée à Beyrouth, au Liban, le 27 décembre 2013. — Bilal Hussein/AP/SIPA

Une puissante explosion a secoué le centre-ville de Beyrouth ce vendredi. La déflagration a été causée par un attentat à la voiture piégée, qui visait un proche conseiller de l’ancien Premier ministre Saad Hariri, le chef de la coalition hostile au régime syrien.

L'homme, Mohammad Chatah, a été tué dans l'attentat, ont rapporté à l'AFP des membres de la coalition dite du «14-Mars» et l'Agence nationale d'information (ANI). Au total, l'attentat a causé la mort de cinq personnes tandis que 50 autres ont été blessées.

Hollande condamne le «lâche attentat»

Mohammad Chatah, également ex-ministre des Finances, se dirigeait vers la maison de Saad Hariri, absent du pays, où devait se tenir à 9h30 une réunion de la coalition du «14-mars», hostile au régime de Bachar al-Assad et appuyant l'opposition syrienne.

François Hollande a condamné dans un communiqué «le lâche attentat perpétré ce matin dans le centre-ville de Beyrouth». Le chef de l’Etat  «s’est entretenu au téléphone avec le président Sleimane auquel il a réitéré tout son soutien pour préserver la stabilité et la sécurité du Liban», ajoute l’Elysée.

Epaisse fumée

Peu avant l'explosion, Mohammad Chatah avait publié un tweet dans lequel il accusait le mouvement chiite du Hezbollah de chercher à «s'accaparer les mêmes pouvoirs en matière de sécurité et de politique étrangère que ceux qu'a exercé la Syrie au Liban pendant 15 ans».

Les télévisions ont montré des images d'une épaisse fumée se dégageant du centre-ville, non loin du Sérail, le siège du Premier ministre libanais.

Voitures et corps en flammes

Des images diffusées par la chaîne locale Future TV ont montré plusieurs voitures et des corps en flammes dans les rues et des ambulances étaient sur place pour secourir les blessés. De nombreux débris jonchaient la rue.

Beyrouth a été frappé par plusieurs attentats depuis l'été, visant notamment des bastions du Hezbollah.