Russie: Khodorkovski, l'ancien oligarque devenu paria

PORTRAIT Mikhaïl Khodorkovski, ancien homme fort de Russie, devenu homme à abattre a été libéré ce vendredi...

Armelle LE GOFF

— 

L'ex-magnat du pétrole russe Mikhaïl Khodorkovski comparaît depuis mardi dans un nouveau procès que la défense présente comme un test de la volonté de réforme du système judiciaire affichée par le président Dmitri Medvedev.
L'ex-magnat du pétrole russe Mikhaïl Khodorkovski comparaît depuis mardi dans un nouveau procès que la défense présente comme un test de la volonté de réforme du système judiciaire affichée par le président Dmitri Medvedev. — Dmitry Kostyukov AFP

L'ancien magnat et critique du Kremlin Mikhaïl Khodorkovski, gracié par Vladimir Poutine, est parti ce vendredi pour l'Allemagne, juste après sa libération a annoncé l'administration pénitentiaire russe.

«Il est parti en avion pour l'Allemagne, où sa mère est soignée», selon le service pénitentiaire cité par Ria Novosti. «Il a formulé une demande pour avoir un passeport», a ajouté ce service.

>> Lire notre éclairage Tout comprendre sur la grâce de Khodorkovski

Grâcié par Vladimir Poutine

L'ex-magnat russe du pétrole et critique du Kremlin Mikhaïl Khodorkovski a été libéré vendredi du camp de détention de Segueja, une localité reculée de Carélie (nord-ouest de la Russie) où il était détenu, après la grâce accordée par le président Vladimir Poutine, qui a évoqué des «principes humanitaires».

Mais, selon le quotidien Kommersant, Mikhaïl Khodorkovski aurait bien fait une demande de grâce, mais sous la pression des services secrets. A moins de deux mois de l'ouverture des Jeux olympiques de Sotchi, dont le Kremlin craint qu'elle n'offre une tribune aux protestations politiques, le Parlement russe a voté mercredi une loi d'amnistie permettant notamment la libération des chanteuses des Pussy Riot et des militants de Greenpeace emprisonné.

Mais contre toute attente, Vladimir Poutine a annoncé jeudi que Mikhaïl Khodorkovski, emprisonné depuis plus de dix ans et libérable en août 2014, serait également aministié.

Opposant au Kremlin

Avec la création de sa compagnie pétrolière le 15 avril 1993, Khodorkovski était l’homme le plus riche de Russie jusqu’à ce qu’il ne devienne un « pion » gênant pour le Kremlin. Né à Moscou en 1963 durant l’ère Brejnev, cet ancien étudiant en économie et en chimie lance, au moment de la chute de l’URSS et des privatisations massives qui s’ensuivent, la compagnie pétrolière privée Ioukos. De là, il se sert de sa position pour tenter une entrée en politique. Il se dresse contre le Kremlin pour dénoncer « la passivité politique des Russes » et la corruption.

Il est en effet le premier oligarque russe à avoir fait le choix d’une gestion transparente en 1999. Philanthrope, il crée diverses associations ayant pour but d’améliorations les conditions de vies des Russes. Avec la chute du régime soviétique en 1991, les conditions de vie de la population sont devenues très difficiles. L’inflation provoque une hausse brutale des prix. Les personnes âgées se retrouvent dans une situation critique du fait de la suppression des retraites.

2003, la disgrâce

En octobre 2003, il tombe en disgrâce. Il est arrêté pour fraude fiscale à son arrivée en Sibérie, où il était venu assurer son soutien à un gouverneur local, opposant au régime. La sentence tombe: le 31 mai 2005 le tribunal condamne Khodorkovski à 9 années de prison dans un pénitencier situé à plus de 6 000 kilomètres de Moscou. Le 31 juillet 2006, la justice ordonne la liquidation judiciaire de son groupe. A l'issue d'un deuxième procès en 2010 pour «vol de pétrole et blanchiment» de 23,5 milliards de dollars, sa condamnation a été portée à 14 ans. La peine sera ensuite réduite à 11 ans.

Emprisonné, il continue à émettre des manifestes dont celui du 1er août où il annonce un « virage à gauche, inévitable en Russie ». Mais son influence diminue au fur et à mesure de sa détention. Depuis quelques années, ses lettres ne sont plus lues que par quelques fidèles et ne suffisent pas pour provoquer une mobilisation en sa faveur. En 2012, il avait appelé les Russes à voter pour un candidat «alternatif» à Vladimir Poutine.

Mais, à l’étranger, son cas provoque beaucoup d'émoi. Il est vu comme la victime d'un règlement de comptes organisé par Vladimir Poutine et considéré comme le symbole de la dérive autoritaire de la Russie.

1963: Naissance de Khodorkovski à Moscou

1991: Chute de l’URSS qui devient la Fédération de Russie

15 avril 1993: Fondation de la compagnie pétrolière Ioukos

1999: Mise en place d’une gestion transparente au sein de son groupe

Octobre 2003: arrestation de Khodorkovski en Sibérie

31 juillet 2006: Liquidation de son groupe

20 décembre 2013: Libération de Mikhaïl Khodorkovski