Un million et demi de Libanais contre leur gouvernement

©2006 20 minutes

— 

L'opposition libanaise, menée par le Hezbollah, a de nouveau tenu ses promesses : plus d'un million et demi de manifestants, selon les estimations, ont répondu à l'appel d'Hassan Nasrallah, le chef du Parti de Dieu, pour cette journée « décisive et historique ». Objectif : faire chuter le gouvernement pro-occidental de Fouad Siniora. Hier, les manifestants sont arrivés de partout : du sud, mais aussi du nord, où une contre-manifestation a réuni des centaines de milliers de personnes à Tripoli. La communauté chiite, soutenant le Hezbollah, a encore joué le jeu, dans une ambiance de kermesse. Place Riad el-Solh, au coeur de Beyrouth, la foule très compacte acclame les discours des leaders qui défilent sur une estrade. Naïm Kassem, numéro deux du Hezbollah, fustige les Américains et Israël. Les manifestants en redemandent, sous l'oeil attentif des 30 000 membres du service d'ordre du Hezbollah, munis d'oreillettes et casquettes vissées sur la tête.

Place des Martyrs, ce sont les partisans du général Aoun qui ont investi les lieux. Ici, chrétiens et chiites se mélangent. Les jeunes chantent et dansent. Ils se régalent devant cette démonstration de force. « Siniora va partir, c'est sûr ! », lance Ziad, le visage maquillé en orange, couleur des aounistes.

Les leaders de l'opposition affirment qu'ils continueront tant que Siniora s'obstinera. Mais les vraies journées « décisives » restent à venir. L'opposition a promis de faire monter les enchères cette semaine, certains parlant de bloquer les axes vers l'aéroport et le port.

A Beyrouth, David Hury

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accepté un plan en sept points élaboré par la Ligue arabe pour sortir de la crise.