Ukraine: Ianoukovitch promet de ne pas recourir à la force contre les manifestants pacifiques... L'UE «condamne» l'usage de la force...

C. B. avec AFP

— 

Des heurts sont intervenus entre les manifestants pro-UE et les forces de l'ordre dans la nuit de mardi à ce mercredi, à Kiev, en Ukraine.
Des heurts sont intervenus entre les manifestants pro-UE et les forces de l'ordre dans la nuit de mardi à ce mercredi, à Kiev, en Ukraine. — AFP PHOTO/VASILY MAXIMOV

 

Ce live est à présent temriné, merci de l'avoir suivi. A bientôt sur 20minutes.fr.

20h32: Les manifestants renforcent les barricades
Ce mercredi soir, quelque 5.000 personnes étaient massées vers 20H30 locales (19H30, heure française), drapeaux ukrainiens et européens en mains.Des barricades, démantelées lors de la tentative d'assaut des forces anti-émeutes dans la nuit de mardi à mercredi, ont été reconstituées dans la journée après la retraite des policiers et des manifestants s'activaient pour les renforcer dans la soirée. Pelles en main, ils les recouvraient de la neige tombée abondamment en début de semaine, tassée pour former une couche épaisse.
17h10: Ianoukovitch appelle l'opposition à renoncer aux «ultimatums»


17h05: Ianoukovitch promet de ne pas recourir à la force contre les manifestants pacifiques

15h51: Report de la visite en France de Vitali Klitschko
La France a condmné les violences. Mercredi, le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal, s'est exprimé au nom de Laurent Fabius. Ce dernier "récuse tout usage de la force" en Ukraine et appelle les parties "à la retenue et au dialogue". Par ailleurs, la visite en France de l'ancien boxeur et opposant Vitali Klitschko "a dû reporter sa visite en France, en raison de la situation politique en Ukraine". Le champion du monde de boxe devait être reçu mercredi à la mi-journée par Laurent Fabius qui l'avait invité.
14h10: L'UE «condamne» l'usage de la force contre les manifestations «pacifiques» en Ukraine

13h52: La secrétaire d'Etat adjointe américaine juge l'intervention policière «totalement inadmissible»
La secrétaire d'Etat ajointe américaine Victoria Nuland a jugé «totalement inadmissible» l'intervention policière contre l'opposition en Ukraine, et appelé le pays à «sauver son avenir européen», à l'issue d'un entretien avec le président Viktor Ianoukovitch à Kiev. «Je lui ai dit clairement que ce qui s'était passé la nuit dernière était absolument inadmissible dans un Etat démocratique», a-t-elle  déclaré à la presse.

13h29: La photo la plus symbolique de l'affrontement de ce matin
12h45: Les religieux s'inquiètent
Le chef de l'Eglise orthodoxe ukrainienne, le patriarche Filaret, met en garde mercredi contre une guerre civile en Ukraine et appelé les autorités du pays à cesser les violences et à signer l'accord d'association avec l'Union européenne. "Les actions violentes ne peuvent déboucher que sur une radicalisation de la protestation et sur un conflit civil majeur", a-t-il déclaré. "Pour sortir de la crise il est indispensable d'ouvrir rapidement un dialogue à haut niveau entre les représentants du pouvoir, de l'opposition et de la société civile"
12h10: Pour l'UE, les autorités ukrainiennes ont «perdu beaucoup de leur crédibilité»
Les autorités ukrainiennes ont «perdu beaucoup de leur crédibilité» après l'assaut de la police lancé mercredi matin contre les manifestants pro-européens à Kiev en dépit des appels occidentaux à la retenue, selon la présidence lituanienne de l'UE. «Je réitère mon appel aux autorités ukrainiennes d'arrêter immédiatement les actions violentes et les provocations, d'enquêter sur tous les cas de violences et de punir les responsables», a-t-il déclaré.

11h41: Victoria Nuland rencontrera le président Ianoukovitch mercredi

Une télévision privé a confirmé que la secrétaire d'Etat américaine adjointe Victoria Nuland s'est rendue mercredi auprès des manifestants ukrainiens sur la place de l'Indépendance. Mais cette médiatrice n'a pas fait de déclaration, selon les images de la chaîne Kanal 5. Elle devrait s'entretenir mercredi avec le président Viktor Ianoukovitch.
 
11h25: VIDEO. Les policiers ont démonté les barricades des manifestants européens sur la place de l'Indépendance à Kiev.


10h05: Et elle offre du pain aux policiers
10h04: La secrétaire d'Etat adjointe américaine Victoria Nuland est avec les manifestants à Kiev
C'est ce qu'annonce l'opposition.

10h02: La police quitte la place
Après avoir quitté la mairie, c'est la place du centre de Kiev, appelée place de l'Indépendance, que la police ukrainienne quitte à présent.

9h25: Le Premier ministre demande 20 milliards d'euros à l'UE pour signer un accord avec elle
L'Ukraine a besoin de 20 milliards d'euros d'aide européenne pour signer un accord d'association avec l'UE en limitant ses conséquences pour son économie, a déclaré mercredi le Premier ministre, Mykola Azarov. Il a précisé qu'il n'était pas question d'une aide «à fonds perdus du budget européen» mais d'investissements.

9h20: Les manifestants sont au moins 10.000
Les manifestants étaient au moins 10.000 en début de matinée sur la place.

9h16: La police quitte la mairie
Les manifestants à Kiev contraignent les policiers à quitter la mairie occupée.



8h41: L’eurodéputé Jerzy Buzek rêve d'une Ukraine qui «construit son identité européenne»
«Faite que le 11 décembre devienne la nuit de la fondation de l'Ukraine souveraine, démocratique qui construit son identité européenne et sa prospérité», a-t-il tweeté cette nuit.

8h37: Une caméra montre en direct la mobilisation place de l'Indépendance
 
 
 
Live streaming video by Ustream
8h35: Vue de la place de l'Indépendance, à Kiev

 

 

8h34: Coups de matraque
D’après un journaliste de l’AFP, plusieurs centaines d'hommes des forces anti-émeute se trouvent devant la mairie de Kiev et font usage de leurs matraques contre les manifestants.
Des occupants du bâtiment les arrosent avec une lance à incendie depuis l'étage. La température est de moins 10 degrés environ.

8h30: «Nous ne pardonnerons pas», prévient l’opposition
L'un des leaders de l'opposition ukrainienne, Arseni Iatseniouk, a prédit mercredi une manifestation réunissant «des millions» de manifestants place de l'Indépendance à Kiev après l'assaut de la police sur ce lieu symbolique de la mobilisation pro-européenne.
«Nous ne pardonnerons pas. Demain, il y aura ici des millions de personnes et le régime coulera», a lancé depuis la scène de la place ce responsable du parti de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, estimant que le président ukrainien Viktor Ianoukovitch avait «craché à la figure de l'Amérique et des 28 pays de l'UE».
  
8h27: Les Etats-Unis expriment leur «dégoût» 
Les Etats-Unis ont exprimé mardi soir, soit dans la nuit de mercredi en France, leur «dégoût» après l'intervention de la police pour déloger les manifestants ukrainiens pro-Union européenne rassemblés sur la place de l'indépendance à Kiev, a indiqué le secrétaire d'Etat John Kerry. 
Washington «exprime son dégoût devant la décision des autorités ukrainiennes de répondre à la manifestation pacifique sur la place Maidan (place de l'Indépendance) à Kiev avec la police anti-émeute, des bulldozers et des matraques, plutôt qu'avec le respect pour les droits démocratiques et la dignité humaine», a déclaré Kerry. «Cette réponse n'est ni acceptable ni bonne pour la démocratie», a ajouté.

Des affrontements ont éclaté mercredi matin entre policiers anti-émeute et manifestants devant la mairie de Kiev, occupée depuis dimanche par l'opposition.

Plusieurs centaines d'hommes des forces anti-émeute se trouvaient devant le bâtiment, et faisaient usage de leurs matraques contre les manifestants. Des occupants du bâtiment les arrosaient avec une lance à incendie depuis l'étage, par moins 10 degrés environ.