Italie: Silvio Berlusconi sur le point d'être chassé du parlement

MONDE Il perdra aussi son immunité diplomatique...

avec AFP

— 

L'ex-chef du gouvernement Silvio Berlusconi, au centre de la vie politique italienne depuis 20 ans, se prépare mercredi à un vote qui sanctionnera son expulsion du parlement, sans conséquences immédiates toutefois sur le gouvernement.
L'ex-chef du gouvernement Silvio Berlusconi, au centre de la vie politique italienne depuis 20 ans, se prépare mercredi à un vote qui sanctionnera son expulsion du parlement, sans conséquences immédiates toutefois sur le gouvernement. — Gabriel Bouys AFP

L'ex-chef du gouvernement Silvio Berlusconi, au centre de la vie politique italienne depuis 20 ans, se prépare mercredi à un vote qui sanctionnera son expulsion du parlement, sans conséquences immédiates toutefois sur le gouvernement.

Les partisans du Cavaliere ont tenté par tous les moyens de retarder l'échéance au point que les procédures de vote sur la destitution de Silvio Berlusconi devraient démarrer seulement vers 18h GMT.

Des pro-Berlusconi se rebiffent

L'issue du scrutin ne fait guère de doutes puisque la gauche et le Mouvement Cinq Etoiles de l'ex-comique Beppe Grillo ont annoncé qu'ils uniraient leurs voix.

Cela aura-t-il un impact sur la tenue du gouvernement? A priori non car l'exécutif gauche-droite mené par Enrico Letta peut compter sur la fidélité de ses cinq ministres de droite dont l'ex-dauphin du Cavaliere, Angelino Alfano, et une patrouille d'au moins 50 parlementaires regroupés sous l'appellation Nouveau Centre droit.

Il échappera à la case prison

Mais les «faucons» du camp Berlusconi ont officialisé leur passage à l'opposition en appelant mardi à voter contre la loi budgétaire, sur laquelle le gouvernement a posé la question de confiance. Ses partisans ont annoncé en outre une manifestation mercredi après-midi devant sa résidence romaine où environ 10.000 d'entre eux sont annoncés, tandis que ses opposants les plus farouches ont appelé à fêter sa déchéance près du Sénat dans l'après-midi.

Autre question récurrente: Silvio Berlusconi, privé de son immunité parlementaire, pourrait-il être arrêté, par exemple dans une procédure pénale à Naples où il est accusé d'avoir «acheté» un sénateur de gauche en 2006 afin de faire tomber le gouvernement Prodi.

«C'est une hypothèse absurde, et dans la situation actuelle, complètement irréelle», a estimé Franco Coppi, l'un des avocats du magnat des médias. «A son âge, on ne va pas en prison sauf dans des cas exceptionnels», a ajouté Piercamillo Davigo, ex-membre du fameux pool anti-corruption Mains Propres qui avait lancé les premières procédures à l'encontre du Cavaliere.