Thaïlande: Que veulent les manifestants?

MANIFESTATION Les manifestants ont accentué leur pression mardi, en paralysant de nouveaux ministères alors que la Première ministre Shinawatra fait face à une motion de censure au parlement...

avec AFP

— 

Mardi 26 novembre, des manifestants thaïlandais se mobilisent devant le ministère de l'Intérieur à Bangkok.
Mardi 26 novembre, des manifestants thaïlandais se mobilisent devant le ministère de l'Intérieur à Bangkok. — Wason Wanichakorn/AP/SIPA

Les manifestants demandant la chute du gouvernement thaïlandais sont unis par leur haine de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, frère de la Première ministre Yingluck, chassé par un coup d'Etat en 2006.

  • Que veulent-ils?

Mobilisés depuis des semaines par le Parti démocrate, principal parti d'opposition, ils réclament la fin du «système Thaksin», en référence à Thaksin Shinawatra, Premier ministre chassé du pouvoir par un coup d'Etat en 2006, accusé de continuer à contrôler la politique depuis son exil, avec sa soeur Yingluck à la tête du gouvernement.

Un projet de loi d'amnistie, taillé sur mesure pour permettre le retour de Thaksin selon les manifestants, a mis le feu aux poudres fin octobre. Mais depuis, malgré le rejet de la loi par le Sénat, les manifestants voient plus large, réclamant la chute du gouvernement, sans que leur stratégie sur l'après-chute soit claire. 

  • Qui sont les forces en présence?

La Thaïlande est divisée depuis des années entre deux tendances, souvent résumées à «chemises rouges» contre «chemises jaunes». Les «chemises rouges», partisans du parti au pouvoir Puea Thai, réunissent masses rurales et urbaines défavorisées du nord et du nord-est du pays, fidèles à Thaksin. Plusieurs milliers de «rouges» sont rassemblés depuis dimanche dans un stade de Bangkok en soutien au gouvernement.

Les manifestations des «chemises jaunes» ont été un élément clef du coup d'Etat contre Thaksin en 2006 et elles ont également aidé à chasser du pouvoir deux chefs de gouvernement pro-Thaksin en 2008. L'organisation n'est plus vraiment active, même si on retrouve certains de ses membres dans les actuelles manifestations. Ils sont traditionnellement alliés au Parti démocrate, rassemblant les élites de Bangkok gravitant autour du palais royal.

Le principal meneur des manifestants est Suthep Thaugsuban, figure du Parti démocrate. Un mandat d'arrêt a été émis contre lui pour l'occupation d'un ministère. Le Parti démocrate ne se met pas en avant en tant que force organisatrice, et Suthep a récemment démissionné du parti pour éviter des poursuites contre sa formation.

  • Qui sont les manifestants?

Ceux-ci sont d'horizons différents. On y croise des cadres bangkokiens qui viennent manifester après leur journée de travail, mais aussi des cultivateurs de caoutchouc du sud de la Thaïlande convoyés en bus et nourris par les organisateurs. Des groupes disparates se joignent aux manifestations, comme les ultra-royalistes de l'Armée du peuple pour renverser le régime Thaksin ou le Réseau des étudiants et citoyens pour la Thaïlande.