Un mal sans nom mine un ex-premier ministre russe

— 

Egor Gaïdar a peut-être quitté lundi l’hôpital moscovite où il avait été transféré, mais il n’est toujours pas tiré d’affaire. Les médecins de l'ex-Premier ministre russe ont constaté chez leur patient des symptômes qui ne correspondent à aucune maladie connue. Gaïdar souffrirait, entre autres, d’une mauvaise irrigation du cerveau, d’une insuffisance rénale, et d’une pancréatite.

 
De plus, la thèse de l’empoisonnement, farouchement défendue par l’entourage de l’ex-Premier ministre russe, après son malaise en Irlande le 24 novembre, semble s’éloigner.
 
Aucune substance toxique n’ayant été décelée lors des analyses de Gaïdar, les médecins ne peuvent conclure clairement à un empoisonnement. Valeri Natarov, son porte-parole, a également souligné sur la radio Echo de Moscou que l'hypothèse d'un empoisonnement par radiation avait été totalement exclue. L’ex-Premier ministre russe poursuit donc ses soins à domicile.