Proche-Orient: Hollande repart sans avoir froissé aucun camp

F.V.

— 

François Hollande à Jérusalem, dimanche 17 novembre 2013. 
François Hollande à Jérusalem, dimanche 17 novembre 2013.  — ALAIN JOCARD / AFP

L’exercice aurait pu être périlleux. Mais pour sa première visite d’Etat en Israël et dans les Territoires palestiniens, François Hollande s’en est plutôt bien sorti. «Sur le plan diplomatique, il a été bon, estime Dominique Moïsi, conseiller spécial de l’Institut français de relations internationales. Il a dit ce que chacun attendait, réalisant un équilibre entre les deux camps.» Il a apporté un soutien sans faille aux dirigeants israéliens sur le nucléaire iranien, tout en rappelant l’opposition de la France à la colonisation israélienne des territoires palestiniens afin de «parvenir à un accord» de paix israélo-palestinien.

Il n’a toutefois pas qualifié ces colonies d’«illégitimes», comme l’avait fait avant lui le secrétaire d’Etat américain John Kerry, ni d’«illégales», comme les définit l’Union européenne, en cohérence avec le droit international. «Moi j’ai mes propres mots», a-t-il justifié, selon Le Monde. Devant le parlement israélien, il a également exhorté le président palestinien Mahmoud Abbas, qui l’a reçu auparavant à Ramallah, en Cisjordanie, à consentir à des «efforts», et à faire preuve de «réalisme sur tous les sujets». «La position de la France est connue, a-t-il ajouté. C’est un règlement négocié pour que les États d'Israël et de Palestine, ayant tous deux Jérusalem pour capitale, puissent coexister en paix et en sécurité».

«La position de Hollande ne changera rien, vu que sur le terrain il ne se passe rien»

La modération de François Hollande sur le dossier proche-oriental, auquel il s’intéresse peu, a permis de ne froisser aucun camp. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui l’avait accueilli chaleureusement, a répondu favorablement à son appel à «élever le niveau des échanges» commerciaux entre la France et Israël, qui plafonnaient seulement à 2,3 milliards d'euros en 2012, reléguant la France au 11e rang des fournisseurs de l'Etat hébreu. De son côté, le président palestinien, Mahmoud Abbas, a qualifié de «très importante» la visite du chef d'Etat français lundi à Ramallah, affirmant que «le président Hollande et la France peuvent jouer un rôle important dans les négociations» de paix.

Sur ce point, rien n’est moins sûr. «La position [du chef de l’Etat] ne changera rien, vu que sur le terrain il ne se passe rien, rappelle Dominique Moïsi. En ce sens, François Hollande est sans doute moins hypocrite que d’autres. La France ne va pas réussir à imposer la paix là où les Etats-Unis ont échoué. Donc autant ne pas être victime de déclarations tranchées».