Francis Collomp arrive à l'aéroport de Villacoublay le 18 novembre 2013.
Francis Collomp arrive à l'aéroport de Villacoublay le 18 novembre 2013. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

SOCIÉTÉ

VIDEO. L'ex-otage Francis Collomp arrivé en France après son évasion au Nigeria

doit désormais subir des tests médicaux...

Le Falcon médicalisé ramenant du Nigeria l'ingénieur français Francis Collomp, 63 ans, qui a échappé ce week-end aux ravisseurs qui l'ont retenu en otage pendant onze mois, a atterri lundi vers 6h10 à l'aéroport militaire de Villacoublay, près de Paris, a constaté une équipe de l'AFP.

Accompagné depuis le Nigeria par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, l'ancien otage, pardessus bleu sur une chemise à carreaux, souriant, a été accueilli à sa descente d'avion par six proches de sa famille, notamment un frère et deux soeurs, et par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Les autorités avaient cependant prévu un accueil discret, sans déclarations. Quelques journalistes ont été admis dans l'enceinte de l'aéroport mais la plupart ont été maintenus à l'extérieur.

Une libération de «livre d'aventures»

Le président François Hollande, alors en route pour Israël, avait annoncé dimanche la «libération» de l'otage, enlevé le 19 septembre 2012 dans l'Etat de Katsina, dans le nord Nigeria, où il travaillait sur un projet de ferme éolienne pour le compte de la société française Vergnet. Le groupe islamiste Ansaru avait revendiqué l'enlèvement, invoquant notamment le rôle de la France au Mali.

Les circonstances de l'évasion de l'ancien otage demeurent confuses. Selon François Hollande, qui a évoqué «un livre d'aventures», l'ancien otage «s'est libéré» lui-même.

Selon une source proche du dossier, il aurait profité d'une opération de l'armée nigériane contre le groupe qui le détenait, pour s'évader, alors que la porte de sa cellule n'était pas verrrouillée. La police nigériane a quant à elle indiqué que l'otage avait échappé à ses ravisseurs «pendant la prière».

Sept otages français dans le monde

Après sa fuite à pied puis en moto-taxi, il a rejoint un commissariat. Francis Collomp a ensuite été vu fraîchement rasé mais les traits tirés, paraissant très fatigué.

Il reste encore sept, en Syrie, au Nigeria et au Mali. Quatre Français qui avaient été kidnappés il y a trois ans à Arlit, au Niger, ont été libérés fin octobre. Quelques jours plus tard, deux envoyés spéciaux de Radio France Internationale (RFI) étaient enlevés et tués dans le nord-est du Mali. Enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, un prêtre français, Georges Vandenbeusch, a été enlevé dans le nord du Cameroun et probablement emmené au Nigeria voisin.