Nigéria: Francis Collomp, «affaibli» mais «combatif», de retour en France lundi

OTAGE Le Français, enlevé en décembre 2012 par le groupe islamiste nigérian Ansaru, a réussi à échapper à ses ravisseurs samedi...

Bérénice Dubuc

— 

L'ex-otage français Francis Collomp, après son évasion, le 17 novembre 2013, à Kaduna, au Nigéria.
L'ex-otage français Francis Collomp, après son évasion, le 17 novembre 2013, à Kaduna, au Nigéria. — AFP PHOTO / SITE Intelligence Group

Libre. Après 334 jours de détention, Francis Collomp, 63 ans et qui devait prendre un traitement quotidien à la suite de problèmes cardiaques, a réussi à échapper à ses ravisseurs samedi, et est attendu en France ce lundi matin. L'ex-otage, arrivé à Abuja, la capitale fédérale du Nigéria, dimanche après-midi, est «affaibli» mais en état de voyager. Il a quitté le Nigeria en fin de soirée, à bord d'un avion médicalisé, pour Paris où il devait arriver vers 6h ce lundi.

Cet ingénieur de la société française Vergnet avait été enlevé le 19 décembre 2012 dans l'Etat de Katsina, dans le nord du Nigeria, par une trentaine d'hommes armés qui avaient tué deux gardes du corps et un voisin. Ansaru, groupe islamiste lié à la secte Boko Haram, avait revendiqué l'enlèvement, invoquant notamment le rôle de la France au Mali. Selon le commissaire de police de Kaduna, capitale de l'Etat du même nom, après son enlèvement, Francis Collomp a été gardé neuf mois à Kano, la plus grande ville du nord du Nigeria, puis deux mois à Zaria, d'où il s'est sauvé samedi.

«Il est sorti et il s'est mis à courir»

Ses ravisseurs «priaient toujours pendant 15 minutes, et samedi, ils n'avaient pas verrouillé la porte de sa cellule. Donc pendant qu'ils priaient, [Francis Collomp] est sorti et il s'est mis à courir. Il a arrêté un taxi-moto et lui a demandé de l'emmener au poste de police le plus proche», à Zaria. Selon une autre source, le Français aurait profité d'une opération de l'armée nigériane contre le groupe qui le détenait, ponctuée d'échanges de tirs, pour s'évader.

L’ex-otage a ensuite été conduit par la police de Zaria à Kaduna, où des responsables de l'ambassade de France sont venus le chercher pour le ramener à Abuja. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, l’y a rejoint dans la soirée.

Francis Collomp «a perdu 30 kilos» depuis qu'il a été enlevé, selon Didier Le Bret, directeur du centre de crise du ministère français des Affaires étrangères, mais «il garde un mental très solide grâce aux exercices intellectuels et physiques» qu'il a pratiqués en captivité. La preuve: la façon dont il a «saisi l'opportunité» de s'évader montre à quel point il a gardé «un esprit combatif», juge Didier Le Bret.