Londres: Début du procès des assassins présumés du soldat Lee Rigby

JUSTICE Michael Adebolajo et Michael Adebowale, deux Britanniques d'origine nigériane, ont plaidé non coupable. Le procès doit durer trois semaines...

Bérénice Dubuc avec AFP

— 

Lee Rigby, le jeune soldat britannique tué le 22 mai à Londres, avait servi en Afghanistan.
Lee Rigby, le jeune soldat britannique tué le 22 mai à Londres, avait servi en Afghanistan. — AP/SIPA

Un procès retentissant. Michael Adebolajo, 28 ans, et Michael Adebowale, 22 ans, sont jugés à partir de ce lundi devant le tribunal londonien de l'Old Bailey pour le meurtre de Lee Rigby. Le soldat avait été sauvagement assassiné à l'arme blanche le 22 mai dernier, dans une rue du quartier de Woolwich.

En plein après-midi, les deux «loups solitaires» islamistes l’avaient renversé avant de l’achever à l’arme blanche. Des passants témoins de la scène l’avaient filmée avec leurs téléphones portables. Ces vidéos avaient fait le tour du monde et choqué la Grande-Bretagne: sur l’une d’elle, l’un des suspects, tenant dans ses mains ensanglantées un long couteau de cuisine et un hachoir de boucher, dit avoir agi «au nom d'Allah» pour protester contre les interventions militaires britanniques en Irak et en Afghanistan.

Crainte de débordements

Cependant, ces images ne peuvent plus être diffusées depuis la mise en examen des deux hommes, qui tiennent à être appelés Mujaahid Abu Hamza et Ismail Ibn Abdullah, la loi britannique interdisant qu’un quelconque détail, fait ou commentaire susceptible d'influencer les jurés soit publié avant leur présentation au tribunal.

Les deux Britanniques d'origine nigériane sont en outre accusés de détention illégale d’arme à feu, et Michael Adebolajo est inculpé de tentative d'assassinat sur deux policiers qui tentaient de l’interpeller peu après les faits. Les accusés ont tous deux plaidé non coupable. Le procès doit durer trois semaines à l'Old Bailey, où les mesures de sécurité ont été renforcées par crainte de débordements.

En effet, depuis le meurtre, le Royaume-Uni a connu une augmentation des incidents contre les musulmans, et un groupuscule opposé à «l'islamisation du Royaume-Uni» a appelé à manifester lundi devant le tribunal.