Nigéria: «Les groupes djihadistes d’Afrique anglophone ont une forte culture du kidnapping et du rançonnement»

INTERVIEW L'otage français Francis Collomp est libre, après près d’un an de détention...

Bérénice Dubuc

— 

Capture d'écran d'une vidéo diffusée le 24 décembre 2012 par le groupe radical islamiste Ansaru.
Capture d'écran d'une vidéo diffusée le 24 décembre 2012 par le groupe radical islamiste Ansaru. — HO / JAMA'TU ANSARUL MUSLIMINA FI BIL / AFP

L'otage Francis Collomp, retenu au Nigeria depuis décembre 2012 par le groupe islamiste Ansaru, a retrouvé la liberté. Le Français de 63 ans aurait profité d'une opération de l'armée nigériane contre le groupe islamiste Boko Haram pour s'évader et se réfugier dans un poste de police. 20 Minutes fait le point avec Mathieu Guidère, professeur de veille stratégique à l'université Toulouse II et spécialiste du terrorisme.

L’otage se serait enfui pendant une opération de l'armée nigériane. Y a-t-il un lien avec  l’enlèvement du père Vandenbeusch?

Je ne pense pas. L’armée nigériane mène des actions militaires des autorités depuis plusieurs semaines maintenant dans le nord du pays, et il y a eu une centaine de morts des deux côtés. Mais il est vrai que les autorités ont dernièrement étendu leurs actions dans la région où le père Georges Vandenbeusch a été enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, soit à la frontière à l’extrême nord du Cameroun.

Les deux enlèvements sont pourtant similaires et ont été commis par le même groupe…

Les groupes djihadistes d’Afrique anglophone ont une forte culture du kidnapping et du rançonnement. Le Nigéria est le pays d’Afrique où il y a le plus d’enlèvements, du fait de sa richesse en pétrole: les groupes n’hésitent pas à investir les sites pétroliers pour enlever des travailleurs qu’ils échangent contre la libération de membres de leur famille ou clan, ou pour obtenir de l’argent. Et si ces groupes ne connaissent pas bien la France, ils prennent l’intervention au Mali comme prétexte idéologique.

Quels sont les liens entre Ansaru et Boko Haram?

Ce sont des groupes en apparence différents, mais qui ont des liens idéologiques et opérationnels. Ansaru est un groupe sécessionnaire de Boko Haram, qui a été créé en 2003. Ils ont fait sécession il y a un an et demi. La seule différence entre eux, c’est que Boko Haram a un objectif local: le groupe appelle à l’application de la charia sur le nord du Nigéria. De son côté, Ansaru a un programme plus régional, et souhaite appliquer la charia dans toutes les zones où il y a des musulmans -nord du Cameroun, Niger, Nigéria… Cependant, les deux groupes collaborent sur certaines actions communes.