Marée noire du Prestige: Les trois accusés blanchis pour le naufrage

MONDE Seul le commandant grec a été condamné, onze ans jour pour jour après le naufrage du pétrolier...

20 Minutes avec AFP
— 
Le juge espagnol Juan Luis Pia lors du procès de la marée noire du Prestige, le 13 novembre 2013 à La Corogne
Le juge espagnol Juan Luis Pia lors du procès de la marée noire du Prestige, le 13 novembre 2013 à La Corogne — Miguel Riopa AFP

La justice espagnole acquitte mercredi les trois accusés du naufrage du Prestige pour la marée noire,  mais condamne le commandant grec, Apostolos Mangouras, à neuf mois de  prison pour avoir refusé de faire remorquer le navire, avant son  naufrage en novembre 2002.

Le naufrage du Prestige dans  l'Atlantique, au large des côtes espagnoles, le 19 novembre 2002, avait  provoqué la plus grave catastrophe environnementale de l'histoire du  pays.

Le commandant, le chef mécanicien, grec lui aussi, Nikolaos  Argyropoulos, et le directeur de la Marine marchande espagnole de  l'époque, José Luis Lopez-Sors, ont été acquittés pour les délits  «d'atteinte à l'environnement et à des espaces naturels protégés», selon  le jugement lu mercredi à La Corogne devant le tribunal supérieur de  Galice, onze ans jour pour jour après le premier SOS lancé par le  Prestige.

Le Parquet avait requis entre cinq et 12 ans de prison contre les trois accusés.

«Désobéissance grave à l'autorité»

Pour  les deux membres d'équipage, le tribunal a estimé qu'ils ignoraient le  mauvais état du navire. Concernant le responsable de la Marine  marchande, il a jugé que la décision d'éloigner le pétrolier des côtes  était justifiée.

En revanche, le commandant du navire a été  condamné à neuf mois de prison pour «désobéissance grave à l'autorité»,  pour avoir refusé dans un premier temps à faire remorquer le navire vers  le large comme le lui demandaient les autorités espagnoles.

Le commandant échappera toutefois à la prison en raison de son âge, 78 ans.

Le  premier SOS avait été lancé le 13 novembre 2002, lorsque le Prestige,  un pétrolier libérien à coque simple battant pavillon des Bahamas,  construit en 1976 et chargé de 77.000 tonnes de fuel, subissait une voie  d'eau en pleine tempête, au large de la Galice.