Typhon Haiyan: Quelques conseils pour donner en toute confiance

CARITATIF Associations et ONG appellent aux dons des particuliers. Quelques pistes pour éviter les arnaques...

Bérénice Dubuc

— 

Collecte de dons à la Fondation de France.
Collecte de dons à la Fondation de France. — CHAMUSSY/SIPA

De nombreuses associations et ONG appellent depuis ce week-end à la générosité publique pour financer l’aide aux sinistrés du typhon Haiyan. Face au large éventail d’organismes à qui donner, quelques conseils pour éviter les arnaques.

Tout d’abord, mieux vaut choisir les organismes établis (Action contre la faim, Fondation de France, Croix rouge, MSF…), régulièrement mobilisés sur ce type de catastrophes et qui savent donc utiliser rapidement et efficacement les fonds collectés. Ces organisations caritatives sont par ailleurs susceptibles d’être contrôlées par la cour des comptes, et leurs bilans comptables annuels sont consultables par le grand public. Faites vos dons directement, via leur site ou par courrier, sans passer par des intermédiaires.

Attention aux arnaques sur le Web

Si vous souhaitez soutenir une autre initiative, vérifiez la façon dont les fonds vont être employés: prenez directement contact avec l’organisation en question ou étudiez son site Internet.

En ce qui concerne les sollicitations par Internet, respectez les précautions de base pour éviter de tomber dans une arnaque: ne communiquez jamais vos informations bancaires (numéro de carte, identifiants personnels) en cliquant sur un lien envoyé par mail, et vérifiez que vous effectuez bien votre don sur un site sécurisé (cadenas et/ou adresse commençant par «https» dans la barre d’adresse du navigateur).

Enfin, sachez que si vos dons peuvent permettre de financer les frais de fonctionnement de l’organisme, ou, si les dons reçus sont supérieurs aux besoins réels sur le terrain, ils peuvent être réaffectés à d'autres terrains d'urgence moins médiatisés. Cependant, les organisations caritatives ont tiré les enseignements du tsunami de 2004 en Asie, et préviennent dorénavant les donateurs qu’elles peuvent utiliser l'argent pour d'autres causes.