Le chef d'Al-Qaïda affirme qu'Al-Nosra est sa branche en Syrie

MONDE Le but étant d'unifier les troupes djihadistes en Syrie...

avec AFP

— 

A Alep en Syrie, le 11 septembre 2012. 
A Alep en Syrie, le 11 septembre 2012.  — Muhammed Muheisen/AP/SIPA

Le chef d'Al-Qaïda a ordonné la dissolution d'une des principales factions du réseau en Syrie demandant à ses combattants de se placer sous l'autorité du Front Al-Nosra, pour ainsi unifier ses troupes dans ce pays déchiré par un conflit sanglant. «L'Etat islamique en Irak et en Syrie (EIIL) va être supprimé», a affirmé Ayman al-Zawahiri dans un enregistrement diffusé vendredi par Al-Jazeera, dans lequel il martèle que le Front Al-Nosra est la «branche» d'Al-Qaïda en Syrie.

Cet enregistrement confirme des directives données dans une lettre citée le 11 juin par la chaîne satellitaire qatarie et présentée comme écrite par M. Zawahiri aux dirigeants des factions en Syrie et en Irak. Cette missive est restée lettre morte sur le terrain, les djihadistes continuant de combattre séparément sous les bannières de l'EIIL et du Front Al-Nosra.

Application compliquée sur le terrain

Ayman al-Zawahiri a indiqué que le chef d'Al-Qaïda en Irak, Abou Bakr al-Baghdadi, avait «fait une erreur en établissant l'EIIL sans nous demander la permission ou même nous en avoir informés». Affirmant que le réseau extrémiste est présent en Irak sous la bannière de l'Etat islamique en Irak (ISI), le chef d'Al-Qaïda a appelé l'ISI et Al-Nosra à s'aider quand cela est nécessaire et possible.

Et alors que l'EIIL a été accusé par l'opposition d'avoir commis des abus contre les rebelles et civils syriens, notamment des enlèvements et des exécutions publiques dans des secteurs sous son contrôle, M. Zawahiri a réprimandé les islamistes des deux bords pour avoir mené des attaques non autorisées contre d'autres musulmans. Le Front Al-Nosra, créé en janvier 2012 et classé comme organisation terroriste par les Etats-Unis, a revendiqué de nombreux attentats suicide en Syrie et mené des attaques parmi les plus violentes depuis le début du conflit.