Norvège: Trois personnes tuées dans le détournement d'un bus

FAITS DIVERS Les témoins ont d'abord cru à un accident de la route, avant d'apercevoir un homme armé d'un couteau à l'intérieur du bus...

avec AFP

— 

Les secours mobilisés à Aardal, en Norvège, après le meurtre de trois personnes dans le détournement d'un bus.
Les secours mobilisés à Aardal, en Norvège, après le meurtre de trois personnes dans le détournement d'un bus. — EGIL JORGEN LUND / NTB SCANPIX / AFP

Trois personnes ont été tuées lundi dans le détournement d'un car par un inconnu armé d'un couteau dans l'ouest de la Norvège, a indiqué la police norvégienne, qui dit avoir la situation sous contrôle.

L'auteur présumé de l'attaque, un quinquagénaire d'origine étrangère, a été arrêté, a indiqué Joern Lasse Foerde Refsnes, un responsable de la police à la chaîne TV2 Nyhetskanalen. «Pour l'instant, je n'ai pas d'information faisant état de la présence d'autres personnes en plus des trois victimes» à bord du car, a-t-il déclaré. L'identité du suspect, lui-même blessé selon plusieurs médias norvégiens, et les mobiles de l'attaque n'étaient pas clairs dans l'immédiat.

Maîtrisé par les pompiers

L'homme a été maîtrisé par les pompiers dépêchés sur place pour ce qui semblait être dans un premier temps un accident de la circulation, selon la police. Rien ne semble indiquer que l'agresseur et ses victimes se connaissaient, a-t-on précisé de même source. «Nous pouvons confirmer la mort de trois personnes. Nous présumons que c'est lui qui les a tuées», a ajouté Joern Lasse Foerde Refsnes.

Le car assurait la liaison entre la région montagneuse Valdres, connue pour son domaine skiable, et Oslo.

«On a compris que la situation était toute autre»

Premier arrivé sur les lieux, un témoin dit avoir cru à un accident et avoir voulu aider les occupants du véhicule. «Le car était sur le bas-côté, alors on s'est arrêté à côté et on a accouru», a indiqué Leif, identifié par son seul prénom par TV2 Nyhetskanalen. Il dit avoir essayé d'ouvrir les portes avec une autre personne mais en vain. «C'était impossible d'ouvrir les portes. Puis on a vu une personne de couleur à l'intérieur du bus. On a d'abord cru qu'il essayait de sortir mais on a ensuite vu qu'il se déplaçait avec un couteau et on a compris que la situation était toute autre», a-t-il ajouté.

En 2003, sur la même ligne entre Valdres et Oslo, un Ethiopien avait déjà tué le chauffeur de l'autocar après avoir assassiné un demandeur d'asile dans un centre d'accueil local. Il avait été condamné à l'internement psychiatrique.