EN DIRECT. Journalistes français tués au Mali: Hollande s'est entretenu avec le président malien... Une enquête ouverte par le parquet de Paris...

J. C.
— 
Photo prise le 26 juillet 2013 à Kidal, qui se situe au nord du Mali.
Photo prise le 26 juillet 2013 à Kidal, qui se situe au nord du Mali. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP
23h15: Ce live est maintenant terminé. Retrouvez tous les événements de la journée de samedi par ici et rendez-vous dimanche matin sur 20minutes.fr pour de nouvelles informations sur ce drame.
22h22: L'Union européenne exprime sa «profonde tristesse»
La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, a fait part samedi soir de «sa profonde tristesse» après l'assassinat de deux journalistes français au Mali et a promis que l'UE continuerait à soutenir les autorités du pays dans leur lutte contre le terrorisme. «Ce crime ne doit pas rester impuni», a affirmé ce porte-parole, tout en adressant ses «pensées aux familles de ces nouvelles victimes du terrorisme dans la région du Sahel et du Sahara». L'UE entend poursuivre «avec détermination son appui aux autorités maliennes dans leur lutte contre le terrorisme et leurs efforts pour restaurer pleinement et durablement l'autorité de l'Etat, l'ordre et la sécurité sur l'ensemble du territoire».
21h50: Les forces françaises n'ont pas vu ni affronté les meurtriers des deux journalistes
«Aujourd'hui vers 13h15 heures locales, la force Serval a été informée par un ressortissant civil malien de l'enlèvement de deux journalistes français dans la ville» de Kidal, au nord du Mali. «Un dispositif de surveillance a été mis en place pour tenter de localiser le véhicule dans lequel pouvait se trouver nos ressortissants», a déclaré le colonel Jaron. «Ce dispositif constituait dans la mise en place de deux points de surveillance au nord et au nord-est de Kidal, et de l'envoi d'une patrouille d'une trentaine d'hommes sur la piste qui sort à l'est de Kidal. En même temps, deux hélicoptères ont décollé de Tessalit pour tenter de repérer le véhicule, a-t-il précisé. Les corps des deux journalistes ont été retrouvés par la patrouille au sol vers 14h55 locales à une douzaine de kilomètres à l'est de Kidal à proximité d'un véhicule à l'arrêt. Nos forces n'ont eu aucun contact visuel ou physique avec un véhicule en fuite.»
21h05: «Je ne sais pas si c'est la tristesse qui l'emporte ou l'indignation et la colère», confie Marie-christine Saragosse
La PDG de France Médias Monde, groupe auquel appartient RFI, a fait part de son émotion à l'antenne de la chaîne d'information.
Marie-Christine Saragosse
(01:46)
 

PDG de France Médias Monde
 





21h: Hollande et le président malien se sont entretenus au téléphone
Les présidents français François Hollande et malien Ibrahim Boubacar Keïta ont affirmé ce samedi leur détermination «à poursuivre et à remporter» le «combat commun contre le terrorisme», après l'enlèvement et la mort de deux journalistes français au Mali. Lors d'un entretien téléphonique dans la soirée, les deux chefs d'Etat «ont marqué leur volonté de poursuivre sans relâche la lutte contre les groupes terroristes qui restent présents au Nord du Mali», selon un communiqué de l'Elysée.
Ibrahim Boubacar Keïta a présenté à son homologue «les condoléances du peuple malien, à la suite de l'assassinat des deux journalistes de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon». Les deux présidents «ont marqué leur volonté de poursuivre sans relâche la lutte contre les groupes terroristes qui restent présents au Nord du Mali. Les meurtres odieux commis aujourd'hui à Kidal ne peuvent que renforcer la détermination des deux Etats à poursuivre et à remporter ce combat commun contre le terrorisme», indique le communiqué.
20h36: Les deux journalistes avaient demandé la protection des militaires français
Selon une source gouvernementale française, «il y a quelques jours, les deux journalistes avaient demandé à être transportés à Kidal par la force Serval, ce qu'elle avait refusé, comme elle le fait depuis un an, en raison de l'insécurité dans cette zone». Mais, selon cette source, «ils ont profité d'un transport de la Minusma (la Mission de l'ONU au Mali), qui continue à accepter des journalistes».
20h10: Une enquête ouverte par le parquet de Paris
Le parquet de Paris a ouvert une enquête samedi après la mort de deux journalistes français de RFI enlevés et tués le même jour à Kidal, dans le nord du Mali, a annoncé une source judiciaire.
19h45: «Toutes les équipes de RFI sont sous le choc»
La radio d'informations a diffusé un communiqué ce samedi soir où elle rend hommage à ses deux journalistes tués aujourd'hui au Mali. «Aujourd’hui, deux collaborateurs de RFI, la journaliste Ghislaine Dupont et le technicien de reportage Claude Verlon, ont été enlevés et assassinés alors qu’ils réalisaient un reportage à Kidal au Mali. 
Ces deux grands professionnels et spécialistes de l’Afrique depuis de nombreuses années rendaient compte sur le terrain du quotidien des Maliens, à la veille des élections législatives et au moment des assises du Nord. Ce reportage s’inscrivait dans le cadre d’une opération spéciale de délocalisation des émissions de RFI prévues le 7 novembre à Bamako et pour laquelle toutes les précautions en matière de sécurité avaient été prises. Cette opération est aujourd’hui annulée. Toutes les équipes de RFI et du groupe France Médias Monde sont sous le choc, profondément tristes, indignées et en colère, et leurs pensées vont aujourd’hui aux familles et aux proches de leurs collègues et amis. Ghislaine Dupont, 51 ans, était une journaliste passionnée par son métier et par le continent africain qu’elle couvrait depuis son entrée à RFI en 1986. Claude Verlon, 58 ans, technicien de reportage à RFI depuis 1982, était un homme de terrain chevronné, habitué des terrains difficiles dans le monde entier.»
19h36: Hollande exprime son «indignation» et réunira dimanche les ministres concernés
Dans un communiqué de presse, le Président de la république déclare avoir «appris avec consternation la mort de deux journalistes de Radio France Ibnternational, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, au nord du Mali. Il exprime son indignation à l'égard de cet acte odieux. Il s'associe à la douleur des familles. Il adresse un message de solidarité à la rédaction de RFI. Le chef de l'Etat réunira demain matin les ministres concernés pour établir précisément, en lien avec les autorités maliennes et les forces de l'ONU, les conditions de ces assassinats.»

19h: RFI livrent des informations concernant la mort de ses deux journalistes
Sur le site de RFI, la radio donne quelques précisions concernant le déroulement de cette journée. «Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été enlevés devant le domicile d'Ambéry Ag Rissa, un éminent représentant du MNLA de Kidal. Ambéry Ag Rissa a entendu un bruit suspect dans la rue, des coups de crosse portés contre le véhicule de nos reporters, précise RFI. Il a alors entrouvert sa porte et a vu les ravisseurs embarquer nos deux journalistes dans un véhicule 4x4 beige. Les ravisseurs l'ont menacé de leurs armes et l'ont sommé de rentrer chez lui.»
18h54: Les réactions des personalités française se multiplient
après la confirmation par le Quai d'Orsay de la mort de deux journalistes français de RFI qui avaient été un peu plus tôt ce samedi, de nombreuses personnalités ont partagé leur émoi sur Twitter.


18h40: Le ministère des Affaires étrangères veut que «la lumière soit faite le plus rapidement possible sur les circonstances de leur décès»
Le Quai d'Orsay a déclaré dans un communiqué que «Claude Verlon et Ghislaine Dupont, journalistes à RFI ont été retrouvés morts au Mali. (...) Les services de l'Etat français, en lien avec les autorités maliennes, mettent tout en oeuvre pour que la lumière soit faite le plus rapidement possible sur les circonstances de leur décès.»
18h27: Le Quai d'Orsay confirme le décès des deux journalistes
Selon le ministère des Affaires étrangères, cité par leparisien.fr et iTéle, les deux journalistes de RFI ont bien été éxécutés.
18h15: De mauvaises nouvelles en provenance du Mali
Même s'il n'y a encore aucune confirmation officielle, de nombreuses confirment désormais la mort des deux journalistes de RFI enlevés ce samedi à Kidal dans le nord du Mali. «Quelques minutes après le début de la poursuite des ravisseurs des deux Français, on nous a informés que leurs corps ont été retrouvés criblés de balles à l'extérieur de la ville», a ainsi déclaré à Reuters Paul-Marie Sidibé, préfet de la localité de Tinzawaten, qui est basé à Kidal.
18h10: RFI confirme l'enlèvement des ses journalistes
Si il existe encore un flou autour du sort des deux Français enlevés à Kidal, RFI a de son côté confirmé l'enlèvement de ses deux journalistes sans préciser s'ils étaient toujours vivants.
18h06: Les deux Français ont été enlevés par des hommes armés
«Les deux journalistes étaient en reportage. Ils avaient chacun un appareil d'enregistrement et avaient avaient rendez-vous vers la Banque malienne de solidarité (BMS) de Kidal, ils ont été enlevés par des hommes armés qui ont quitté la ville avec eux», a précisé la source militaire.
18h: Les deux journalistes auraient été exécutés
Selon le préfet de la région de Kidal, cité par l'agence de presse Reuters, les deux journalistes français auraient été éxécutés.

Deux journalistes français de RFI en reportage au nord du Mali ont été enlevés à Kidal, a annoncé ce samedi le gouverneur de cette ville, Adama Kamissoko. Le gouverneur a indiqué qu'il s'agissait vraisemblablement de Claude Verlon et de Ghislaine Dupont, qui s'étaient déjà rendus à Kidal lors du premier tour de la récente élection présidentielle. Selon le journaldumali.com, «les deux journalistes étaient à Kidal pour préparer l'opération spéciale RFI, qui doit se dérouler les 6 et 7 novembre au Mali». Le site précise aussi dans son article mis en ligne à 15h07 que, selon une source gouvernementale, «les deux journalistes auraient quitté le domicile d'un membre du MNLA, avant de prendre la route de Tin Essalit au Nord. Un hélicoptère de la force Serval a décollé pour suivre leur trace.»

Le sort des journalistes incertain

Contacté par Reuters, le ministère français des Affaires étrangères a indiqué qu'il était en train de procéder à des vérifications sur ces informations. «Deux journalistes de RFI ont été enlevés ce samedi par des hommes armés en centre-ville» de Kidal, a précisé de son côté une source sécuritaire malienne, information confirmée par une source militaire. Le sort de ces journalistes, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, est incertain et certaines sources affirment même que les deux Français seraient morts.