La Bulgarie demande à récupérer la fillette Maria, «l'Ange blond»

MONDE Le gouvernement a annoncé mardi souhaiter un retour de la petite Maria, fille blonde d'un couple Rom bulgare découverte le 16 octobre dans un campement Rom du centre de la Grèce...

C.P. avec AFP

— 

Une fillette blonde de quatre ans a été retrouvée dans un camp rom en Grèce, le 16 octobre 2013.
Une fillette blonde de quatre ans a été retrouvée dans un camp rom en Grèce, le 16 octobre 2013. — STR/AP/SIPA

Maria va-t-elle quitter la Grèce pour rejoindre son pays natal? C’est ce que souhaitent les autorités bulgares. «L'Agence de protection de l'enfance fera le nécessaire pour récupérer la fillette Maria trouvée dans une famille rom en Grèce, dans la région de Larissa, dont a été prouvé qu'elle est la fille de Sacha et Atanas Roussev de Nikolaevo» (centre de Bulgarie), selon un communiqué de cette agence gouvernementale.

Retour dans sa famille ou placement

L'enfant sera accueillie par des travailleurs sociaux. Elle sera placée dans une résidence pour enfants abandonnés ou dans une famille d'accueil, jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée.

Les services sociaux devront notamment décider si l'enfant âgée de quatre ans retourne chez ses parents biologiques ou d'autres membres de la famille, ou si elle doit être placée dans une famille d'accueil ou un foyer pour enfants abandonnés, a précisé l'agence.

Les parents bulgares de Maria l'avaient abandonnée à l'âge de sept mois. Ils font l'objet d'une enquête en Bulgarie pour vente d'enfant et risquent jusqu'à six ans de prison.

Les Roussev, chômeurs comme la plupart des roms bulgares, vivent dans une misère extrême dans le ghetto de Nikolaevo et sont en charge de sept autres enfants mineurs. Critiqués dans les médias pour leur manque d'intérêt pour le sort de ces enfants, les services sociaux seront désormais chargés d'«élaborer un plan d'action avec chacun d'eux», a ajouté l'agence.

Plusieurs dizaines de familles rom vivent dans le ghetto de Nikolaevo dans les mêmes conditions de misère, sans revenus et couchant à même le sol dans des masures à terre battue, a constaté l'AFP.

Une «tendance durable au trafic de personnes»

L'intérêt médiatique sur le sort de la petite Maria a poussé les autorités bulgares à se pencher sur le problème du trafic de bébés à l'étranger, notamment en Grèce.

Un responsable du ministère de l'Intérieur, Svetlozar Lazarov, a fait état mardi à la télévision publique BNT d'«une tendance durable au trafic de personnes, notamment au commerce d'enfants».

L'ONG bulgare Nadia, qui travaille sur la prévention du trafic d'enfants, a dénombré 66 cas de vente d'enfants bulgares à l'étranger pour l'année 2012.